Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Relation Client
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Le commerce français de détail progresse en juin

Publié par Dalila Bouaziz le | Mis à jour le
Le commerce français de détail progresse en juin

Les ventes du commerce de détail ont continué de progresser en juin, en hausse de 1,5% par rapport à mai, stimulées par la levée des restrictions sanitaires, selon des données publiées lundi par la Banque de France.

Je m'abonne
  • Imprimer

"Alors que les ventes de produits alimentaires sont stables (+0,2 %), celles de produits manufacturés, en hausse de +10,2 %, permettent cette progression générale", détaille la banque centrale. Les ventes de produits manufacturés sont passées 1,3% au-dessus de leur niveau de juin 2020, et même 11,9% au-dessus de leur niveau de juin 2019, souligne la Banque de France.

"Ce sont avant tout les produits d'équipement de la personne qui connaissent les meilleures évolutions, en particulier le textile et habillement (+25,6 % par rapport à mai), le matériel de sport (+23,0 %) et l'horlogerie-bijouterie (+20,9 %)", détaille le communiqué. Par type de lieux de vente, les petits commerces tirent leur épingle du jeu, avec des vente en hausse 11,4% sur un mois, tout comme les grands magasins (+17,6%), contre un repli pour la grande distribution (-1%), les supermarchés (-3,6%) et les hypermarchés (-0,8%), qui pèsent toutefois à eux deux plus de 80% des ventes du commerce de détail.

La réouverture des commerces en mai a aussi pénalisé la vente à distance.

Elles ont reculé de 3,5% en mai (les chiffres de juin ne sont pas encore disponibles), après une hausse de 4,3% en avril. A partir du 19 mai, l'ensemble des commerces ont pu rouvrir avec des jauges de fréquentation, après les fermetures imposées pendant plusieurs semaines du fait de l'aggravation de l'épidémie de Covid-19 au printemps. Les foires commerciales ont pu reprendre à partir du 9 juin.

En revanche, les soldes d'été n'ont commencé que le 30 juin, décalés d'une semaine à la demande de certains commerçants. Les ventes du commerce de détail ne reflètent pas l'ensemble de la consommation des ménages, puisqu'elles ne comprennent pas d'autres postes de dépenses, comme les loyers, les dépenses de santé ou d'éducation.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande