Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Relation Client
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Le collectif AccesSourd se penche sur l'accessibilité téléphonique

Publié par Stéphanie Marius le | Mis à jour le
Le collectif AccesSourd se penche sur l'accessibilité téléphonique

Les acteurs Acceo, Deafi, Elioz et Sourdline forment le collectif AccesSourd et font entendre leur voix au sujet des mesures d'accessibilité téléphonique pour les consommateurs sourds, aphasiques et malentendants.

Je m'abonne
  • Imprimer

En lien avec l'article 105 de la loi pour une République numérique, plusieurs acteurs spécialisés dans l'accessibilité téléphonique décident de créer un collectif dédié, baptisé AccesSourd. En effet, Amélie de Montchalin, ministre de la Transformation et de la Fonction publique, Sophie Cluzel, secrétaire d' État auprès du Premier ministre chargée des personnes handicapées, et Cédric O, secrétaire d'État chargé de la Transition numérique et des communications électroniques ont lancé une réflexion, au moyen d'une mission de préfiguration, sur l'accessibilité téléphonique pour les consommateurs et citoyens sourds, malentendants, aphasiques et sourdaveugles.

Les entreprises Acceo, Deafi, Elioz et Sourdline souhaitent contribuer à cette initiative en identifiant les points forts et points faibles des différentes actions menées. Les obligations contenues dans l'article 105 touchent les opérateurs de téléphonie, les entreprises du secteur privé, via leur service client, et le secteur public. Les opérateurs doivent ainsi proposer une solution d'accessibilité téléphonique aux consommateurs déficients auditifs ou aphasique, tandis que l'obligation d'offrir un tel service s'applique aux services publics ainsi qu'aux entreprises dont le chiffre d'affaires dépasse 250 millions d'euros.

Si le collectif juge favorablement l'étendue de cette obligation, il émet une réserve quant à l'absence d'étude d'impact préalable aux débats parlementaires. L'avis de l'Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes), rendu en mars 2017, n'aurait par ailleurs pas été pris en compte.


Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande