En ce moment En ce moment

Retail : 10 alternatives au magasin traditionnel

Publié par Barbara Haddad le

Les produits ne sont plus forcément vendus neufs ou sous emballage individuel en magasin, ils peuvent aussi être présentés en vrac ou d'occasion. La forme et le rôle des points de vente évoluent donc pour coller à une nouvelle exigence collective d'une consommation plus responsable et engagée !

Je m'abonne
  • Imprimer
L'ÏDTROC - Groupe ÏDKIDS

"Les consommateurs sont aujourd'hui prêts à boycotter des marques qui ne s'inscrivent pas dans cette prise de conscience globale d'une consommation plus responsable", affirme Hélène Ortola, Directrice Générale Adjointe de l'Agence Disko. Elle rappelle d'ailleurs le chiffre issu d'un récent rapport commandé par le WWF à l'Université de Newcastle en Australie : "Chaque individu ingérerait en moyenne 5 grammes de plastique par semaine, soit le poids d'une carte de crédit !", preuve s'il en est encore nécessaire qu'il faut agir maintenant ! "On constate ainsi quatre tendances de consommation alternative poussées par les consommateurs et que les marques s'approprient, poursuit Cécile Gauffriau, directrice de l'Échangeur BNP Paribas Personal Finance : un mouvement de frugalité (avec une consommation plus raisonnée, moins de gaspillage), une recherche de durabilité des produits (réutiliser, réparer, recycler), l'économie du partage (le don, la location, l'échange) et la dématérialisation des usages, notamment dans le monde culturel". Consommateurs et marques s'accordent donc désormais pour porter une co-responsabilité quant à la mise en place d'actes favorisant une consommation plus éco-responsable. Quelles sont alors les nouvelles initiatives qui émergent dans le retail ?

Cette action RSE s'inscrit dans la mission du groupe "We Act for Kids" : agir pour que le monde progresse au service de l'enfant qui grandit. Les parents sont invités à retirer en amont de l'ÏDTROC un kit d'étiquetage en magasin, puis à revenir y déposer les jouets, livres ou vêtements, selon l'enseigne. Les produits sont ensuite vendus en boutique et les clients récupèrent après un bon d'achat égal aux ventes réalisées (sans commission de la marque, seule condition de participation : être inscrit au programme de fidélité). Les clients ont ensuite le choix entre récupérer les invendus ou les donner à une association. "Les modes de consommation changent et il n'est plus rare d'acheter et de vendre d'occasion. Nous avons ainsi commencé par l'ÏDTROC livres et aujourd'hui l'ÏDTROC concerne toutes les marques du groupe : Oxybul, éveil et jeux pour le jouet et le livre, Okaïdi, Obaïbi et Jacadi pour le textile", nous explique Ludovic Leurent, responsable du développement du marché seconde vie des produits du groupe ÏDKIDS. LÏDTROC est désormais organisé au minimum deux fois par an pour chaque marque, et en 2018, ce sont 60 000 livres d'occasion qui ont été revendus. "On crée une autre relation avec nos clients, moins dans le transactionnel mais plus dans une approche servicielle, en leur évitant d'avoir à s'occuper de toute la logistique de la vente d'occasion. Cela leur permet aussi de créer un lien communautaire avec les autres clients qui participent à cette économie circulaire", conclut Ludovic Leurent.





Passionnée de veille et d'innovation, je suis à l'affût des dernières initiatives menées par les marques et enseignes ainsi que les nouveaux leviers marketing [...]...

Voir la fiche
Martine Fuxa,<br/>rédactrice en chef Martine Fuxa,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet