DossierAllier performance et qualité de vie au travail

Publié par CHRISTINE MONFORT le

2 - Les positions de travail dynamiques se développent lentement...

Qualité des sièges, positions plus verticales... l'amélioration des positions de travail arrive progressivement.

  • Imprimer


Le travail du téléconseiller étant souvent statique, il est recommandé de varier de position de travail. Si les postes assis-debout, très appréciés dans le nord de l'Europe ou aux états-Unis, ne sont pas encore très ancrés dans les habitudes françaises, des postes hauts se développent et permettent par exemple de travailler ponctuellement debout sur ordinateur portable. "Certains des aménagements aujourd'hui accessibles à l'ensemble des salariés ont été pensés avec des ergonomes pour répondre à des demandes particulières ou pour maintenir dans l'emploi des salariés avec des handicaps auditifs ou moteur. On fait du sur-mesure et le partage d'expérience entre les sites permet d'adopter plus largement ces évolutions", explique Elisabeth Vrignaud, responsable formation, RSE et diversité de Comdata France.

Une plateforme mobile positionnée sur un bureau électrique, qui a permis de verticaliser le poste de travail d'une personne en fauteuil, est un dispositif léger qui peut aussi convenir aux superviseurs, qui travaillent en position haute. Les sièges, longtemps restés le parent pauvre de l'ergonomie du poste de travail, deviennent un élément important: "Des assises bas de gamme pouvaient suffire à des collaborateurs d'une vingtaine d'années restant quelques mois dans l'entreprise. Pour des conseillers de 35-40 ans qui commencent à développer des douleurs dès qu'ils sont mal assis, il faut prévoir des mousses, un appui dorsal, etc.", note Jean-Luc Bertrand, directeur de Materic, qui travaille notamment avec la société française Eurosit. Webhelp, à Caen, a opté pour des sièges Vitra.


Martine Fuxa,<br/>rédactrice en chef Martine Fuxa,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet