En ce moment En ce moment

Smart retail: quelle expérience d'achat dans le magasin de demain?

Publié par le
Smart retail: quelle expérience d'achat dans le magasin de demain?

Je m'abonne
  • Imprimer

Les technologies sont aussi mises à profit pour théâtraliser le point de vente avec des parfums. Y compris dans des secteurs peu "récréatifs" comme la grande distribution. "Les hypermarchés et les supermarchés sont obligés de revoir leur modèle et l'un des axes de réflexion est de créer des expériences positives. Leclerc est le premier à s'engager", témoigne Pascal Charlier, dg de ScentAir. Le distributeur vient d'investir dans la start-up pour développer ses ambiances olfactives et accueillir le client dans les meilleures conditions.

C'est aussi le propos de Mood Media, qui diffuse ses playlists de musique personnalisées dans les chaînes de magasins. "Une étude a prouvé qu'entre une musique d'ambiance en lien avec l'ADN de la marque et pas de musique du tout, le temps passé en magasin augmenterait de 42% quand il y a de la musique", soutient Valentina Candeloro, directrice marketing Mood International. "De plus, toutes ces pratiques qui visent à développer la valeur affective de l'acte d'achat pourront demain être confortées par l'exploitation en temps réel des "feel data", ces données émotionnelles émises par les clients", ajoute-t-elle.

En effet, les enseignes pourront mesurer et analyser ces informations comme n'importe quel autre type de données marketing. Car l'émotion procurée par l'expérience d'achat deviendra l'élément différenciateur. C'est elle qui attachera le client à une enseigne et le fera rentrer dans une communauté. Voire le fidélisera. C'est, à n'en pas douter, la prochaine étape du smart retail!

La Chine, le pays des magasins 100 % automatisés

1,3 milliard d'habitants, plus de 740 millions d'internautes, des ventes e-commerce dix fois supé rieures à celles réalisées en France, et une énorme envie de consommer... Voilà ce qui caractérise le marché chinois, "qui bénéficie d'un taux d'adoption massif des nouvelles tech nologies centrées sur l'utilisation du mobile", assure Jean-Luc Rossignol, consultant grande distribution. Ainsi, le volume de paiement par téléphone portable en Chine représente, à date, 5,5 milliards de milliards de dollars. Soit 50 fois la taille du marché américain. Une pratique totalement sécurisée, gratuite, efficace: scanner et payer prend seulement quelques secondes! "Surfant sur cette tendance, de plus en plus d'enseignes ouvrent des magasins sans personnel", annonce-t-il.
Citons la supérette BingoBox. "C'est une petite boutique de dépannage ouverte sept jours sur sept, 24 heures sur 24. Le client, avec son mobile, scanne à l'entrée un QR code qui lui ouvre la porte, puis ses produits. Une fois les courses finies, les produits sont automatiquement comptabilisés par une caisse RFID. Il ne reste plus qu'à payer via WeChat ou Alipay." Autre concept innovant, celui de Suning, le Darty chinois. Les clients pénètrent dans le magasin en laissant la caméra scanner leur visage à l'entrée. Puis ils passent avec leurs articles le long de l'allée de paiement. Leur liste d'achats s'affiche sur un écran et la transaction est effectuée automatiquement à l'aide de la carte bancaire enregistrée. "Très efficace, ce commerce mobile devrait se démocratiser, car l'attente du client, concernant le format supérette de proximité, porte essentiellement sur du service et de la rapidité d'exécution", conclut-il...


Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Christelle Magaud

Martine Fuxa,<br/>rédactrice en chef Martine Fuxa,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet