Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Relation Client
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Paroles de conseillers & de managers – Motoblouz

Publié par le - mis à jour à

« Si j’avais une baguette magique, j'aimerais changer l’image des services clients en général, pour que celle-ci soit plus positive. »

  • Imprimer

Les interviews croisées sont réalisées dans le but de mieux connaitre les acteurs de la relation client chez les entreprises Élu Service Client de l’Année 2022. Aujourd’hui, c’est au tour de Motoblouz, récompensée dans la catégorie Vente à distance accessoires et pièces de véhicules.

La vie d’un service client en quelques mots ?

Isaline DEMONCHY : Un service client ça bouge et ça vie au rythme du client. C’est se rendre disponible pour répondre aux besoins des motard(e)s. C’est partager son expérience et ses compétences avec les clients mais aussi avec ses collaborateurs. C’est s’enrichir humainement grâce aux retours des consommateurs.

Notre service, c’est aussi le lieu de vie d’une société, là où l’on invite les collaborateurs à venir effectuer de la double écoute pour continuer à faire évoluer et progresser toute l’entreprise.

Manager des équipes à distance… Quelle est la différence ?

ID : Le maître-mot ici est l’adaptation. La crise sanitaire sans précédent a fait évoluer les techniques de management. Lorsque l’on manage une équipe à distance, l’écrit devient de suite plus important. Cependant, l’écrit peut être perçu différemment, et le plus gros travail est là : faire passer l’information souhaitée dans la forme et le ton que l’on aurait voulu à l’oral. La difficulté est aussi de conserver l’union et l’esprit d’équipe pour des personnes qui ne se voient plus et n’échangent plus de la même manière. Chez Motoblouz, nous avons su nous adapter rapidement, et le télétravail n’a pas été un obstacle mais plutôt une force pour pouvoir continuer de répondre à nos clients tout en préservant le bien-être de nos collaborateurs.

Faire mieux demain… Est-ce possible ?

ID : Faire mieux, c’est toujours possible. La question est plutôt comment ? Les habitudes et exigences de nos clients évoluent régulièrement et rapidement. Nous nous devons, au service client, tout comme dans d’autres services, de nous adapter afin de toujours proposer la meilleure expérience client possible. Et souvent, tout est une question de détails. Chez Motoblouz, la satisfaction est au cœur de notre stratégie, et cet objectif commun nous permet sans cesse de progresser et d’innover pour nos clients.

Avoir le sens du client, c’est quoi pour vous ?

Coralie LEROUX : Avoir le sens du client, c’est se mettre à sa place, le comprendre, le conseiller, lui apporter les solutions les plus rapides et efficaces. C’est aussi lui donner l’envie de revenir chez Motoblouz non seulement parce que sa commande lui a plu, mais aussi parce qu’il a obtenu les meilleurs conseils, solutions et s’est senti à l’écoute et parce qu’à ses yeux, nous sommes les meilleurs conseillers.

Si vous deviez changer une chose dans votre métier, laquelle serait-ce ?

CL : Si j’avais une baguette magique, j'aimerais changer l’image des services clients en général, pour que celle-ci soit plus positive, lui redonner son titre de “services aux clients”. Par exemple, chez Motoblouz, nous recevons au quotidien des retours d’expérience de nos clients, nous lisons leur message rempli de satisfaction, et parfois même, il nous arrive de recevoir des petites attentions. Nous avons beaucoup de chance et j’espère que c’est le cas de beaucoup d’autres entreprises.

En solo, ou en équipe, votre plus beau souvenir ?

CL : Comment se limiter qu’à un seul et beau souvenir chez Motoblouz ? Nous avons dans un premier temps remporté et fêté à plusieurs reprises nos titres Élu Service Client de l’Année. L’ambiance de Motoblouz, permet aux collaborateurs de se créer un tas de souvenirs, notamment lors d’activités telles qu’un Team Building inoubliable, les animations en interne (le dernier en date, notre Summer Challenge).

 

Merci à Isaline DEMONCHY et Coralie LEROUX pour leur témoignage.