Mon compte Devenir membre Newsletters

Easiware a doublé son chiffre d'affaires en 2011

Publié le par

Le fournisseur de solutions CRM en mode SaaS a réalisé un chiffre d'affaires d'1,3 million d'euros pour l'année 2011 contre 0,6 million d'euros en 2010.

Easiware a doublé son chiffre d'affaires en 2011

Easiware, fournisseur de solutions CRM en mode SaaS, publie un chiffre d’affaires de 1,3 million d'euros pour l’année 2011, soit une hausse de 100% par rapport à 2010 (0,6 million d’euros).

En 2011, easiware a vu son développement s’accélérer grâce à la signature de nouveaux contrats et à la confiance accordée par plusieurs groupes tels que Lyreco et Silic. La société a également développé son chiffre d'affaires en commercialisant de nouvelles solutions chez des clients existants comme Hi-Media et The Network en France, mais aussi Darégal, en Chine, et L’Atelier des Chefs, en Grande Bretagne.

L’année 2011 a été marquée par l’obtention du statut de "Jeune Entreprise Innovante". Easiware a également signé des partenariats technologiques, avec Experian QAS et Dolist, et pédagogiques avec l’Université Paris-Dauphine.

Objectif : poursuivre une croissance rapide

Easiware prévoit d’atteindre les 2 millions d’euros en 2012. Aussi, pour poursuivre une croissance rapide, l’éditeur compte ouvrir son modèle via le développement de partenariats avec des intégrateurs et des SSII. Un axe qui devrait lui permettre de mieux livrer ses projets et de maintenir la pression exercée auprès des acteurs majeurs du secteur du CRM et, donc, d'asseoir sa position sur le marché.

"Le développement d’un réseau de partenaires nous permettra d’apporter une nouvelle dynamique à nos ventes, explique Brendan Natral, cofondateur d’easiware. C’est également un moyen très intéressant pour continuer de mieux livrer nos clients. Cela nous permettra de garantir un niveau de service élevé et de multiplier les projets. Pour soutenir la croissance liée à la vente directe, nous prévoyons également le recrutement d’une trentaine de collaborateurs cette année, contre dix l’an dernier."

La société, qui investit plus de 15 % de ses dépenses en recherche et développement, compte aussi stimuler le marché de la relation client par l’innovation.