Mon compte Devenir membre Newsletters

Le SP2C a exposé au gouvernement ses ambitions pour le secteur

Publié le par

Le syndicat a présenté cet été à l'Elysée sa vision de la relation client et plaidé pour l'organisation d'une véritable économie de services.

Le SP2C, syndicat des professionnels des centres de contacts, a été reçu cet été à l'Elysée pour exposer ses positions sur l'avenir du secteur. Cette première réunion ouvre les négociations avec l'ensemble des parties prenantes pour définir les conditions d'une externalisation socialement responsable et économiquement pérenne. Le secteur de la relation client représente 250 000 emplois en France, ce qui est très en deçà de ses voisins européens. Cela prouve, d'après le syndicat, que le potentiel en termes de créations d'emplois en France est extrêmement important. Les professionnels demandent donc aux pouvoirs publics de créer les conditions de l'avènement d'une économie de services. Le SP2C a été reçu pour évoquer les éléments qui permettraient de soutenir efficacement le développement du secteur et la création de près de 450 000 emplois. La question de la délocalisation vers les pays à bas coûts de main d'œuvre s'est aussi avérée centrale. Le SP2C constate la part de plus en plus importante de l'off-shore avec, en moins de trois ans, près de 25 000 emplois déplacés de la France vers le Maroc, la Tunisie ou le Sénégal. Le secteur de la relation client à distance s'interroge sur cette tendance et souhaite qu'une réflexion sur les conditions d'un équilibre conciliant un modèle économique compétitif et le développement de l'emploi sur le territoire français soit menée. Les mesures présentées par les professionnels résultent d'un travail de fond des Commissions Sociale, Economique et Image, initiées dès 2005 par le Syndicat, pour maîtriser les risques, comme le dumping social et les délocalisations, et rationaliser le débat. Elles s'articulent autour de quatre enjeux clés. Tout d'abord la mise en place d'une Charte des relations entre les Clients / Donneurs d'ordres pour promouvoir des relations équilibrées entre les deux parties. Le SP2C souhaite aussi valoriser les politiques sociales les plus responsables du secteur grâce au Label de Responsabilité Sociale. Il entend également rassembler les données relatives aux outsourceurs. Une première étude a été menée en 2006, avec KPMG, et devrait être enrichie chaque année. Ce baromètre rendra lisible les tendances et évolutions du secteur. Le quatrième point sur lequel le SP2C souhaite se mobiliser concerne l'émergence d'un cadre réglementaire spécifique à l'économie de services. Il milite pour une réforme du code du travail "qui libère le potentiel d'un secteur émergent en termes d'emplois et de création d'activités". En ouvrant le débat autour de ces propositions, le SP2C a la volonté d'être le promoteur d'une nouvelle donne économique et sociale.