Capter de la donnée comporte­mentale grâce à l'oreille?

Publié par le - mis à jour à
Capter de la donnée comporte­mentale grâce à l'oreille?

Les technologies de tracking boostées par l'intelligence artificielle peuvent capter ce qui se passe dans le corps des consommateurs et connaître leurs émotions. Une technologie présentée par Poppy Crum, chief scientist chez Dolby Laboratories, lors du SXSW 2018.

  • Imprimer

Le son préempte désormais le commerce grâce à l'utilisation des enceintes intelligentes Amazon Echo ou Google home (pour les plus connues), mais les technologies peuvent aller bien au-delà, à l'image du tracking intra-auriculaire développé par la start-up américaine Dolby Laboratories, en partenariat avec l'université de Californie. Grâce à des capteurs, les écouteurs intra-auriculaires conçus par la start-up diffusent de la musique, mais écoutent également ce qui se passe dans le corps de l'utilisateur grâce à l'oreille interne. Celle-ci étant un véritable hub physiologique, les devices peuvent déterminer le rythme cardiaque, le stress, les émotions perçues, l'état mental et même la direction du regard via le nerf optique.

D'autant que c'est bien souvent le son qui dirige le regard. Pour Poppy Crum, chief scientist chez Dolby Laboratories, l'oreille est une passerelle entre le monde réel et le monde interne. Elle devient un identifiant unique via la fonction de transfert relative à la tête (HRTF). Cette fonction modifie le son du monde extérieur d'une manière propre à chaque individu pour qu'ensuite le cerveau analyse ces signaux sonores. Avec ces technologies de tracking auditif combinées à une série d'algorithmes, l'oreille devient un fournisseur de données personnelles.

Plus globalement, le visage est un livre ouvert sur l'état corporel physiologique et psychique. En effet, de nouvelles générations de caméras très sensibles sont désormais en mesure d'analyser le flux sanguin du visage pour déterminer l'état émotionnel du sujet observé. Des expériences sur le sujet sont notamment menées par Microsoft dans ses laboratoires. Ces mêmes caméras peuvent connaître la quantité de CO2 qu'une personne rejette et en déduire son rythme respiratoire, lequel traduit son état émotionnel.

Quelles applications?

L'oreille interne pourrait, dans un futur assez proche, divulguer les émotions de leur propriétaire à des tiers via des écouteurs intra-auriculaires. Ces appareils pourraient connaître l'orientation du regard et, une fois jumelés avec le téléphone d'un consommateur, le géolocaliser. Ainsi, Google pourrait potentiellement connaître les publicités visionnées par un consommateur dans la journée et les émotions que ces dernières ont provoquées pour opérer un meilleur ciblage marketing par la suite.

De même, en magasin, il serait possible de découvrir l'impact d'un merchandising ou d'une promotion sur le client. Quant aux caméras des smartphones, elles pourraient analyser chacun en temps réel et croiser cela avec ses actions sur mobile. Au-delà de la dimension intrusive, la mesure intra-auriculaire est une technologie qui pourrait révolutionner l'évaluation mentale des personnes, puisque l'analyse de la voix permet déjà d'identifier des maladies mentales avant même qu'elles soient diagnostiquées de manière plus classique. Mais dans une application commerciale, une évolution de l'accès aux données physiologiques est-elle concevable?

L'auteur
Nicolas Diacono est techno trends expert de l'Échangeur by BNP Paribas Personal Finance. Le club Échangeur by BNP Paribas Personal Finance identifie les points de rupture technologiques susceptibles de développer de nouveaux usages de la relation client. Il fournit une vision à 360° des tendances technologiques et leur application marketing. L'Échangeur propose aux entreprises des outils pour comprendre les usages de l'innovation. Plus d'infos sur www.echangeur.fr.



Nicolas Diacono (BNP Paribas Personal Finance)

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Techno & UX

Par Stéphanie Marius

38% des entreprises françaises ont déjà mis en place des technologies d'intelligence artificielle pour gérer leur service client, soit 8% de [...]