Mon compte Devenir membre Newsletters

La France devance le Royaume-Uni en matière de big data

Publié le par

Les organisations françaises sont plus en avance que leurs homologues britanniques quant à l'exploitation du big data. Telles sont les conclusions d'une étude commanditée par Teradata.

La France devance le Royaume-Uni en matière de big data

Les entreprises françaises sembleraient plus en avance que leurs homologues britanniques quant à l'exploitation du big data. C'est du moins ce qui ressort d'une étude menée par OnePoll pour le compte de Teradata auprès de 300 cadres dirigeants en France, au Royaume-Uni et en Allemagne. Ainsi, 61% des dirigeants français disent utiliser des techniques analytiques pour doper leur efficacité et concrétiser des gains de temps. Plus de la moitié d'entre eux (54%), contre 38% des Britanniques, affirment que les traitements analytiques de ces "nouvelles données" - issues des médias sociaux, web logs, vidéo, rapports de centres d'appels, fichiers audio, capteurs issus des objets connectés, HTML (utilisé dans les pages web) et fichiers XML - leur permettent de garder une longueur d'avance sur leurs concurrents.

Selon les trois pays, les priorités divergent. En France, 27% des dirigeants affirment que leur objectif principal est de gagner en précision, contre 33% au Royaume-Uni et 41% en Allemagne. La majorité des répondants allemands (56%) disent utiliser le traitement analytique de données pour accélérer l'obtention des résultats, contre 34% en France et 28% au Royaume-Uni.

En ce qui concerne les données issues des réseaux sociaux, les Allemands sont deux fois plus nombreux (44%) que les Britanniques (22%) à penser qu'elles sont une priorité, alors qu'en France, ce chiffre atteint 35%).

Parmi les défis à relever, 42% des dirigeants britanniques soulignent le problème de la prolifération des données et leur volume à gérer, contre 35% en France et en Allemagne. Au Royaume-Uni également, 42% estiment que la définition et la compréhension des données constituent un problème au niveau de leur gestion, contre 40% en France et 31% en Allemagne. Dans ces deux pays, définis comme plus matures sur le big data selon l'étude, le défi le plus couramment cité est la difficulté d'associer les nouvelles données aux données existantes dans les bases relationnelles (65% en France et 54% en Allemagne contre 30% au Royaume-Uni). Face à cette problématique, les dirigeants allemands et français soulignent les carences en compétences et en outils pour gérer les nouveaux types de données (41% pour les Britanniques).

D'autres résultats marquants de cette enquête:

- 48 % des entreprises en France et en Allemagne exploitent déjà trois types de nouvelles données non-relationnelles ou davantage, contre 20% au Royaume-Uni. En matière de nouvelles données qui sont à l'étude, 55% des dirigeants en France et en Allemagne déclarent se pencher sur plus d'un type de données, contre seulement 33% pour le Royaume-Uni.

- Les données de réseaux sociaux, vidéos, fichiers texte (rapport de centres d'appels par exemple) et HTML sont utilisés par plus de 30% des organisations françaises.

- Toujours en France, 30% des répondants se penchent sur l'utilisation de la technique d'analyse des pistes de cheminement de l'utilisateur (path analytics). L'enquête démontre que cette technique est celle qui intéresse le plus les dirigeants interrogés sur les trois pays. Cette analyse est un vecteur de visibilité et est utilisée par nombre d'entreprises dans le monde.

- En matière de traitement analytique, la problématique la plus urgente en France est de trouver les personnes ayant les compétences adéquates (cité par 61 % des personnes interrogées, contre 63% en Allemagne et 37% sur le Royaume-Uni).