Mon compte Devenir membre Newsletters

Défibrillateur : démêler le vrai du faux

Publié le par
Qu'est-ce que BRAND VOICE ?

En France, entre 40 000 et 50 000 personnes décèdent d'un arrêt cardiaque chaque année. Si l'utilisation d'un défibrillateur peut sauver des vies, les Français n'osent pas vraiment franchir le pas par manque d'information. On fait le point sur les idées reçues.

Défibrillateur : démêler le vrai du faux

Utilisation du défibrillateur : encore des réticences dues au manque d'information

Première idée reçue : il faut être formé pour utiliser un défibrillateur automatisé externe (DAE).

En fait, il n'y a aucune formation exigée mais il est possible de se former à la réanimation cardio-pulmonaire (voir plus loin) pour se sentir plus à l'aise. Cependant, sachez que l'usage de l'appareil est simple : il vous suffit de suivre pas à pas les instructions notées sur l'appareil. Il sera toutefois nécessaire d'appeler le 15 avant de commencer à utiliser l'appareil de défibrillation surtout si la victime ne réagit pas. La machine indique même, au moyen d'un schéma, l'emplacement des électrodes que vous devrez apposer sur la poitrine dénudée de la victime du malaise cardiaque.

Deuxième idée reçue : on peut blesser la personne avec un DAE

Non, car l'appareil est adapté pour effectuer un bilan du rythme cardiaque de la victime. En examinant cette fibrillation, il détermine s'il est nécessaire d'envoyer le choc électrique ou pas. S'il s'agit d'un appareil semi-automatique, la machine indique à l'utilisateur s'il peut envoyer un choc électrique ou pas. Tout ceci simplifie l'utilisation de l'appareil et évite à l'utilisateur de prendre une mauvaise décision. Donc pas de risque de blesser le patient avec un mauvais usage du DAE. Important : il faut savoir que chaque minute, sans défibrillateur, le taux de survie diminue de 10% .

Troisième idée reçue : on ne peut pas utiliser le défibrillateur sur n'importe qui

Pas vraiment. Beaucoup pensent que les enfants doivent être exclus de cet usage : il n'en est rien. Cependant, il sera fait usage d'électrodes pédiatriques si l'appareil en contient. Toutes les machines n'en disposent pas et vous pourrez également utiliser les électrodes habituelles. Certaines précautions seront prises également si la victime porte un stimulateur cardiaque en disposant les électrodes quelques centimètres en-dessous.

Se former à la réanimation pour gagner en assurance lors du maniement d'un DAE

L'utilisation d'un défibrillateur ne dispense pas de gestes essentiels qui vont permettre de gagner des minutes précieuses et de sauver des vies. Tout d'abord l'appel du 15, mais aussi le massage cardiaque qui est une action complémentaire à la défibrillation et peut se pratiquer d'ailleurs en attendant l'arrivée de l'appareil de DAE.

Il s'agit de procéder à des compressions thoraciques successives à raison de deux compressions par seconde pouvant être couplées à un bouche-à-bouche mais, dans ce dernier cas, il est préférable d'avoir reçu une formation. A défaut, le massage cardiaque sans le bouche-à-bouche permet déjà d'éviter le pire.

Sachez par ailleurs que les sapeurs-pompiers ou la Croix-Rouge française proposent des formations qui permettent de gagner une certaine assurance dans les gestes, bien que ce type de formation, répétons-le, ne soit pas une obligation pour être apte à se servir d'un défibrillateur.

De plus en plus de lieux publics ont mis en place des défibrillateurs. Il en existe actuellement en France environ 130 000 et la ville de Paris prévoit d'en équiper de plus en plus de lieux pour une meilleure prévention.

INSTITUT KATHAROS