Big Moustache, une relation client au poil

Publié par le | Mis à jour le
Big Moustache, une relation client au poil

La start-up qui propose un service de livraison de rasoirs détient aujourd'hui une communauté qu'elle s'efforce de satisfaire et de fidéliser. Son co-fondateur, Nicolas Gueugnier, témoigne sur la stratégie de Big Moustache.

  • Imprimer

Big Moustache propose depuis sa création en février 2013, un service de livraison de rasoirs à domicile. Elle compte aujourd'hui 7 000 membres mensuels et une communauté de 30 000 personnes. Nicolas Gueugnier, co-fondateur de la start-up explique vouloir "faire parler le produit par l'expérience client". En effet, les cinq collaborateurs de la société souhaitent avant tout "donner la parole aux clients avant, pendant et après l'achat". Pour cela, Big Moustache utilise l'e-mailing, les réseaux sociaux et les questionnaires qui accompagnent la commande du client.


Cette méthode a poussé la start-up à revoir son offre. Après avoir reçu de nombreuses remarques au sujet du manque de flexibilité des offres, la marque a décidé de donner la possibilité aux clients de choisir le nombre de recharges dans chaque commande. Big Moustache s'efforce d'impliquer sa communauté tout au long de son expérience client. Par exemple, l'acheteur reçoit quelques jours après la réception de la commande, un e-mail personnalisé lui demandant son avis. Pour fidéliser la communauté, la start-up met également en avant sur le site internet "le membre du mois" et les meilleurs avis des clients.

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Les idées expérience client (21-25 mai)
Stratégies
Les idées expérience client (21-25 mai)

Les idées expérience client (21-25 mai)

Par La rédaction

La rédaction a sélectionné pour vous une sélection d'informations percutantes. Au menu cette semaine: Walmart cesse son service Scan&Go, [...]

Préserver le capital client au coeur de la tempête
Stratégies
Préserver le capital client au coeur de la tempête

Préserver le capital client au coeur de la tempête

Par Marie-Juliette Levin

Conserver son capital client en zone de turbulence s'impose face à l'augmentation des bad buzz et autres e-reputation malmenée. Comment anticiper [...]