Mon compte Devenir membre Newsletters

États-Unis : General Mills empêche ses "fans" de lui intenter un procès

Publié le par

Comme le rapporte un article paru dans le New York Times, le groupe alimentaire américain vient de modifier la politique de confidentialité et les termes légaux de son site internet, et redessine, par là même, les contours de sa relation client. Étouffante, du goût de certains.

États-Unis : General Mills empêche ses 'fans' de lui intenter un procès

Un " like " pourrait vous entraîner plus loin que vous ne le pensez. Le 15 avril dernier, le site internet de General Mills, géant américain du secteur alimentaire qui possède notamment les marques Yoplait, Cheerios, Old El Paso, Géant Vert ou bien encore Haagen Dazs, s'est doté d'une discrète fenetre pop-up pour informer le visiteur d'une mise à jour de la politique de confidentialité ainsi que de nouvelles conditions légales du site voulues par le groupe. Un détail qui serait presque passé inaperçu s'il n'avait pas été repris par le New York Times. Dans un article intitulé " Quand " liker " une marque abroge le droit de lui intenter un procès ", la journaliste, Stephanie Strom, détaille les modifications apportées. Et elles sont de taille.

Selon la nouvelle régulation, quiconque " consulte les sites internet, s'y inscrit en tant que membre, rejoint la communauté en ligne, s'abonne aux newsletters, télécharge ou imprime un bon de réduction disponible sur internet, participe à un concours, à une offre promotionnelle ou à toute autre opération " du groupe se retrouve automatiquement impliqué dans une relation privilégiée avec ce dernier, et perd donc le droit de se retourner contre lui de manière légale, au profit d'une médiation interne et individuelle, ce qui exclue les actions de groupe. Une solution profitable, comme le rapporte la journaliste du New York Times : General Mills a dû débourser 8,5 millions de dollars en 2013 pour mettre fin à des déboires judiciaires liés à Yoplait.


Sur Facebook, canal privilégié de la relation client de General Mills avec plus d'un million de fans pour la seule page de la marque Cheerios, les messages de protestation se multiplient. Certains fans, indignés, appellent au boycott. Autre solution : contester "l'accord" imposé par le groupe en envoyant un email.