Mon compte Devenir membre Newsletters

Soldes: les Français effectuent (encore) leurs achats en magasin

Publié le par

À l'heure du tout digital, le magasin est le canal le plus plébiscité par les Français. C'est ce qui ressort d'un sondage réalisé par l'Ifop pour Comarch. Autre enseignement : la montée en puissance du smartphone comme moyen de paiement.

Soldes: les Français effectuent (encore) leurs achats en magasin

Non, les Français ne tournent pas le dos aux magasins, mais ils exploitent la complémentarité points de vente physique et on line. C'est ce qui ressort d'un sondage réalisé par l'Ifop pour Comarch (1). Pour certains produits, les Français préfèrent acheter directement en point de vente, sans consulter, au préalable, un site internet. C'est notamment le cas pour les vêtements (45% des Français préfèrent acheter directement en magasin) ou les produits de décoration (30%). A contrario, 30% aiment se renseigner sur Internet lorsqu'ils achètent un produit hi-fi, électroménager ou high-tech. Enfin, ils achètent majoritairement en ligne les produits culturels, les loisirs et les cosmétiques.

Pour que leur expérience soit optimale, plus de la moitié des Français souhaitent être livrés le lendemain de leur commande. Un enjeu-clé pour les retailers.

Le smartphone, nouveau moyen de paiement? Oui, mais...

Si 71% des Français sont réticents à l'idée d'utiliser leur smartphone pour régler des achats dont le montant se situe entre 20 et 100 euros (et 86% pour des sommes supérieures), une majorité d'entre eux entrevoient, à l'horizon 2025, que ce device sera le moyen de paiement principal pour des sommes inférieures à 100 euros.

En revanche, des freins demeurent pour des sommes plus élevées. Ainsi, 86% des Français ne passeraient pas, à l'heure actuelle, par des applications mobiles pour régler des montants supérieurs à 100 euros, et 66% ne verraient pas les smartphones remplacer les moyens de paiements traditionnels pour des sommes aussi importantes en 2025.

Méthodologie

Enquête Ifop réalisée du 09 au 13 décembre 2016 auprès d'un échantillon de 1002 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d'agglomération.