Mon compte Devenir membre Newsletters

Vraie question

Publié le par


Il aura fallu bien des relances. Mais le résultat est là. Notre désormais traditionnel classement des cinquante premiers outsourceurs français, version 2004, est sans doute l'un des plus représentatifs depuis sa création, en termes de sociétés présentes. Mais est-il également représentatif de l'état du marché?? C'est la, vraie, question que l'on peut se poser. En effet, en comparant les chiffres d'affaires 2003 et 2004 des classés, on arrive à une progression de 10,2 %. Les dix premiers enregistrant, quant à eux, une hausse de près de 7 %. Or, ce n'est un secret pour personne, l'année 2004 n'a pas été une année euphorique, même si elle a été vraisemblablement meilleure que les précédentes. Et la pression sur les prix était fortement présente. Alors, effet du “déclaratif”?? Du retour dans le classement de sociétés significatives qui en avait disparu?? De plusieurs belles performances individuelles?? Ou, tout simplement, confirmation que l'outsourcing est toujours sur un marché porteur?? Comme souvent, la réponse est sans doute dans un mix de ces hypothèses. De toute façon, même si les chiffres d'affaires sont réellement en hausse sensible - et tant mieux -, inutile de se voiler la face. Chacun sait que l'essentiel n'est pas là. « Qui gagne de l'argent parmi les dix premiers du marché?? Pratiquement personne?! », n'hésite pas à dire Laurent Uberti, président du SP2C, le nouveau syndicat professionnel des outsourceurs, que l'on ne pourra pas accuser de langue de bois. Mettant ainsi clairement le doigt sur la problématique majeure du secteur?: la fragilité de ses entreprises. Et pas seulement de ses dix premières. Loin de là. Et d'en appeler, avec raison, à la responsabilisation de l'ensemble des acteurs de la chaîne. Le chantier est vaste, compliqué, de longue haleine. Mais, côté outsourceurs, la volonté est là. Aux autres parties de répondre présent.