Mon compte Devenir membre Newsletters

Teletech à l'heure marocaine

Publié le par

L'outsourcer français se positionne en force sur le marché marocain des centres d'appels. Un partenariat d'exclusivité avec Maroc Télécom lui permet de créer un parc d'activité de 50 ha.


Le groupe français Teletech International prend une toute nouvelle dimension en signant un partenariat d'exclusivité avec Maroc Télécom. L'accord avec l'opérateur historique prévoit la création du "Morocco International Call Center Area" (MICCA), un parc de centres d'appels dédiés à l'international. Ce projet devrait réunir, d'ici à la fin 2001 et près de Rabat, 11 bâtiments de 4 000 m2 chacun. A terme, ce sont entre 6 000 et 10 000 emplois directs ou indirects qui seraient créés dans la relation clients à distance. L'investissement global atteindrait les 500 MF, financé par la mise en place d'un joint-venture entre l'outsourcer et Maroc Télécom. La prise de participation s'élevant à 30 % pour l'opérateur téléphonique et 70 % pour le prestataire de services. La nouvelle société, Teletech Maroc, compte apporter ses services aux grands groupes transnationaux. « Avec ce parc, nous serons en mesure d'assurer une couverture sud-européenne », note Emmanuel Mignot, P-dg du groupe. Le but étant de proposer une alternative aux centres d'appels du nord de l'Europe (Irlande, Grande-Bretagne...) qui, par manque de personnel compétent, ont du mal à couvrir les pays du Sud. Si l'idée ne manque pas d'ingéniosité, le choix du Maroc répond à des critères plus prosaïques.

130 MF de chiffre d'affaires en 2002


Outre un environnement technologique favorable, un réseau entièrement numérique et en connexion directe avec le continent européen, le coût de la main d'oeuvre apparaît, ici, déterminant. Elle serait, en effet, moitié moins chère qu'en France. Du coup, les tarifs des prestations proposées devraient être compétitifs. Teletech International mise également sur un personnel polyglotte (arabe, anglais, espagnol, français) pour séduire les prospects. L'outsourcer assurera la formation au métier du télémarketing. Quant à Maroc Télécom, il apportera à la nouvelle entité ses compétences techniques par délégation de personnel. De plus, un accord avec l'Ecole supérieure de commerce et d'affaires (ESCA) de Casablanca pourvoira les postes relatifs à l'encadrement administratif des futures plates-formes. Le groupe français prévoit pour le premier exercice 2002, 130 MF de chiffre d'affaires. Selon le P-dg, le parc devrait connaître une croissance rapide. Le business plan prévoit 900 MF de revenus aux horizons de la septième année.