Mon compte Devenir membre Newsletters

Télécommunications : les prix baissent, les frais fixes de ligne augmentent

Publié le par

Le cabinet de conseil NUS publie la nouvelle édition de son étude sur "Le prix des télécommunications pour les entreprises" dans 14 pays. La France s'inscrit dans la tendance générale avec un marché en croissance.


Le National Utility Service Consulting Group (NUS) vient de publier l'édition 2002-2003 de son étude sur "Le prix des télécommunications pour les entreprises" au 1er février 2003. Portant sur 14 pays, elle révèle une "tendance marquée à la baisse". Notamment en ce qui concerne les communications. Malgré tout, les coûts liés aux frais fixes de ligne augmentent. Ces hausses généralisées (sauf sur trois pays où ils sont stables) s'expliquent par "la baisse significative des communications stricto sensu" et aussi par "les frais d'interconnexion entre les téléphones portables et les postes fixes", indique le document. Spécialisé sur le conseil en achat d'énergies et de télécommunications, NUS se base sur les tarifs payés par ses clients et sur une analyse comparative de la variation des prix en vigueur dans les 14 pays concernés. Le cabinet évalue les tarifs en fonction de différents segments : les communications de trois minutes locales, nationales, internationales et celles émanant d'un téléphone portable. Deux autres critères sont également scrutés : les frais fixes de ligne et le coût d'un circuit Transfix de 2 Mbits/s.

La France parmi les plus chers


En France, la diminution des coûts concerne les appels locaux (- 7,7 %), nationaux (- 9,7 %), internationaux (- 4,2 %). En revanche, les tarifs des appels avec un téléphone portable ont augmenté de 2,7 % et ceux des frais fixes de ligne de 3 %. Pour ce qui est du coût d'un circuit Transfix, il est évalué à près de 900 euros pour 2Mbits/s. Les baisses de prix constatés sur le territoire sont imputables à plusieurs phénomènes. Pour ce qui est des appels locaux, la raison principale est l'ouverture du marché à la concurrence. Pour sa part, la diminution des coûts sur les communications nationales et internationales est due à la fin de la facturation minimale d'une minute et aux remises "significatives" consenties aux meilleurs clients. NUS trace également des perspectives. Ainsi, le cabinet prévoit que le marché devrait poursuivre sa croissance au cours des douze prochains mois grâce, notamment, aux communications mobiles et aux services internet. Par rapport aux autres pays étudiés, la France est classée au deuxième rang des pays les plus chers pour les appels locaux, au neuvième pour les nationaux, au dixième pour ceux en direction de l'international et au huitième pour la téléphonie mobile. L'Hexagone occupe la cinquième place pour les coûts de ligne et le circuit Transfix.