Mon compte Devenir membre Newsletters

René Monory : « L'avenir est aux centres de contacts multimédia »

Publié le par

Président (UDF) du conseil général de la Vienne, l'ancien ministre et président du Sénat présente le Futuroscope comme un lieu d'accueil privilégié pour les centres d'appels.

Quelles sont les ambitions du Département en matière de centres d'appels ?


En l'espace de 15-16 ans, nous avons investi 2,5 milliards de francs dans l'enseignement supérieur et la recherche. L'activité des centres d'appels en bénéficie aujourd'hui. En 2001, nous allons inaugurer à Poitiers une antenne du CNAM dédiée aux métiers des nouvelles technologies. Aujourd'hui, lorsqu'une entreprise veut installer un centre d'appels, elle veut une solution opérationnelle dans les deux mois. Nous avons mis en chantier 25 000 m2 de bureaux, dont 2 800 seront ouverts dans une quinzaine de jours et 4 000 fin 2000. Nous ouvrons une gare sur le site même du Futuroscope, qui mettra Paris à 1 h 20 de TGV.

Ressentez-vous la concurrence des collectivités ?


Pas du tout. La qualité du site, sa réputation suffisent à convaincre. Nous avons toujours voulu avoir quelques années d'avance et nous les gardons. Aujourd'hui, le département compte 1 200 emplois dans les centres d'appels. Qualiphone emploie 250 personnes, Cegetel 650, E-Laser 400, et Chronopost doit en recruter une centaine.

Et l'image parfois négative de ces métiers ?


Il est fini le temps des "ouvriers du XXIe siècle". L'émergence du commerce électronique, d'Internet et d'Intranet va porter ces métiers vers le haut. L'avenir est déjà au centre de contacts multimédia.

Mot clés : centre

Muriel Jaouën