Mon compte Devenir membre Newsletters

Quali-Phone : finalement, c'est Rouen

Publié le par

Après avoir annoncé son arrivée à Troyes, Quali-Phone va investir 80 millions de francs dans un call center près de Rouen pour le compte de FTMS.


Quali-Phone, groupe Call Center Alliance, a ouvert un quatrième site à Mont-Saint-Aignan, tout près de Rouen. Déjà présent à Paris (2 centres) et à Poitiers, Quali-Phone avait, dans un premier temps, annoncé à son implantation à Troyes. Mais il semblerait qu'Aube Développement lui ait préféré ClientLogic. Suite à un premier contact fin mars 2000 sur le Seca avec les responsables de l'ADEAR (Agence pour le développement économique de l'agglomération rouennaise), Quali-Phone opte alors pour la Normandie. Le centre d'appels a élu domicile sur le parc d'activité de la Vatine, dans l'ancien immeuble de Tellit (1 590 m2), assureur absorbé, fin 1999, par Eurofil. Le call center, dédié à FTMS, devait débuter son activité mi-septembre, avec une première équipe de 150 téléconseillers. L'outsourcer doit investir quelque 80 millions de francs sur trois ans, dont 15 MF la première année pour le seul équipement technologique. De son côté, le Conseil Régional de Haute-Normandie mettra la main à la poche, en subventionnant la formation (notamment via le Greta Rouen), avec un apport qui pourrait approcher les 650 000 francs pour 150 téléconseillers. A terme, le centre d'appels emploiera 400 personnes, qui seront recrutées dans l'idéal avant la fin de l'année. Quatre types de postes sont proposés : 360 chargés de clientèle pour le front line, 30 superviseurs, 2 responsables de programmes et 6 responsables de plateau. Soit 344 postes équivalent temps plein sur la base de 35 heures hebdomadaires. Salaire plancher mensuel pour les téléconseillers : autour de 8 000 francs brut. L'agglomération rouennaise recense aujourd'hui une vingtaine de centres d'appels qui représentent au total un millier d'emplois. Qualiphone, qui emploie 700 salariés, compte réaliser un chiffre d'affaires de 160 millions de francs en 2000. En s'appuyant sur cinq centres, puisque l'outsourcer ouvre ce mois de septembre un deuxième site à Poitiers de 130 stations de travail.