Mon compte Devenir membre Newsletters

Prix des télécoms : confirmation à la baisse

Publié le par

Appels locaux, nationaux ou internationaux : les opérateurs des pays industriels continuent de réduire leurs tarifs. C'est ce que révèle le rapport annuel de Nus Consulting.


Basé sur l'observation des offres des opérateurs télécoms dans 14 pays, le rapport annuel de l'Observatoire International des Coûts Energétiques de Nus Consulting fait état d'une tendance à la baisse des prix, par-delà un certain nombre de hausses identifiées de gauche et de droite. Comme chaque année, le rapport publié étudie différents segments de marché : les appels locaux, les appels nationaux, les appels internationaux, les frais fixes de ligne (abonnements) et, nouveauté 2002, les appels en téléphonie mobile. L'Allemagne est le seul pays où l'ensemble de ces secteurs concourt à la baisse générale des tarifs. Ce qui s'explique en grande partie par l'effondrement économique des opérateurs télécoms, peut-être plus flagrant en Allemagne que dans d'autres pays. Restructurations, nécessaires mesures d'assainissement financier, marges à la baisse : la tendance est très générale à l'ensemble des pays étudiés. Pour la totalité d'entre eux, on enregistre au moins un segment dont les coûts sont en baisse ou en stagnation. Sur le segment des appels locaux, on constate un relatif équilibre entre les mouvements à la hausse (la plus forte augmentation pour l'Afrique du Sud : + 60 %) et à la baisse (la plus forte diminution pour l'Allemagne : - 20 %). En France, les entreprises ont bénéficié ces douze derniers mois d'une baisse de 7,3 %. Une diminution sensible qui s'explique sans doute par le fait que l'Hexagone était l'un des pays où les tarifs des appels locaux sont les plus élevés : 0,12 euro (par unité de 3 minutes) pour une moyenne de 0,093 euro pour les autres pays. L'année dernière, les tarifs avaient augmenté en France de 40 %. Malgré cette baisse, la France demeure au troisième rang des pays les plus chers pour les appels locaux.

Appels nationaux : des écarts de 1 à 5


En matière d'appels nationaux, l'observatoire de Nus constate de fortes variations d'un pays à l'autre : de 1 à 3 à l'intérieur de l'Europe et de 1 à 5 sur le plan mondial. C'est en Suède que les communications nationales coûtent le moins cher (0,081 euro par unité de trois minutes). Les deux pays où l'on enregistre les tarifs les plus élevés sont l'Australie (0,417 E) et les Etats-Unis (0,347 E). Il faut d'ailleurs signaler qu'à l'exception de l'Espagne, les pays où les opérateurs pratiquent les tarifs les plus forts sur les communications nationales ne sont pas des pays européens. De manière générale, les tarifs nationaux accusent des baisses parfois assez sensibles (- 27,7 % en Afrique du Sud, - 15,9 % en Espagne). La hausse la plus élevée étant relevée en Belgique, où elle ne dépasse pas 4,8 % (il est à noter qu'en Belgique, l'année dernière, ce segment avait accusé une baisse de 50 %). Même tendance à la baisse pour ce qui est des appels internationaux. Dans son rapport édité l'année dernière, Nus constatait que seuls les Etats-Unis connaissaient un mouvement à la hausse. Cette année, on remarque une augmentation en Belgique (+ 16,8 %) et aux Pays-Bas (+ 1,4 %). La baisse la plus flagrante est enregistrée en France (- 26 %). Quant aux écarts de prix, ils sont encore plus manifestes sur ce segment des communications à l'international : de 0,116 euro pour trois minutes en Allemagne à 0,952 euro en Afrique du Sud. Le prix des abonnements est en hausse dans de nombreux pays, confirmant une tendance générale à l'augmentation amorcée l'année dernière. Les tarifs varient de 1 à 4 (7,85 E en Afrique du Sud, 19,17 E au Canada). Quant à la téléphonie mobile, qui enregistre sur ces derniers mois une forte tendance à la baisse des coûts, elle recouvre, elle aussi, des pratiques tarifaires variables, mais moins sensiblement que pour d'autres segments : de 0,307 euro les trois minutes aux Pays-Bas à 0,726 en Australie.

France : l'un des pays les moins chers pour la téléphonie mobile


En France, la déréglementation de la boucle locale, amorcée début 2002, a eu peu d'effets directs. Néanmoins, les tarifs devraient continuer à baisser au cours des mois à venir. Et la question des frais techniques liés à la boucle locale aura ici une influence déterminante sur le long terme. La France est au troisième rang des pays les plus chers pour ce qui est des appels locaux, au huitième pour les appels nationaux, au neuvième pour les appels internationaux, au cinquième pour les frais fixes de ligne et au treizième pour les appels en téléphonie mobile.

Méthodologie


Nus Consulting, leader mondial du conseil en achat d'énergies et de télécommunications, a mené, via son Observatoire International des Coûts Energétiques, une étude sur le prix des télécommunications dans 14 pays industriels, dont la France. Le rapport publié, qui s'inscrit dans une analyse annuelle, apporte dans sa version 2002 une nouveauté : une analyse des coûts relatifs à la téléphonie mobile.