Mon compte Devenir membre Newsletters

Peregrine en banqueroute, Remedy à vendre

Publié le par

La gamme de produits d'assistance Remedy, rachetée par Peregrine il y a un an, devrait être reprise par l'éditeur BMC. Le tout sur fond de faillite et de scandale.


L'éditeur Peregrine s'est placé sous la protection du chapitre 11 de la loi fédérale américaine. Cette disposition prévue pour les sociétés en faillite permet à l'éditeur spécialisé dans la gestion des ressources informatiques de geler ses dettes tout en poursuivant son activité. Cette mesure ne concernant que la maison mère et en aucun cas ses filiales interna- tionales. Ce nouvel avatar dans le monde de l'édition de solutions logicielles pour entreprise est d'autant plus symptomatique d'une époque qu'il se trame sur fond de scandale : Peregrine est en effet incapable de produire les audits financiers réalisés par le cabinet Andersen entre 2000 et 2002. Le souvenir d'Enron est encore très frais, et l'éditeur, pour désigner les coupables de sa banqueroute, attaque trois filiales du géant américain du conseil ainsi que Daniel Stulac, leur partenaire dans le cadre de l'audit. Selon Peregrine, les quatre sociétés auraient fait preuve de négligences, de fraude et de dissimulation d'informations. Pour la peine, Peregrine réclame la coquette somme de 250 millions de dollars à chacun de ces prestataires. En attendant l'issue de ses démêlées judiciaires, l'éditeur a décidé de se séparer de la gamme de produits estampillée Remedy (Peregrine avait racheté Remedy en été 2001 pour 1,3 MdE). L'offre dédiée à la gestion de help-desks, hot lines et services d'assistance technique se retrouve donc à vendre. L'américain BMC, concurrent direct de Peregrine, très intéressé, aurait formalisé son intention d'intégrer la sphère de produits Remedy. Ce, pour une somme avoisinant les 350 millions de dollars.

Mot clés : produit

Muriel Jaouën