Mon compte Devenir membre Newsletters

Louis Harris France se dédouble à Orléans

Publié le par

L'institut de sondage ouvre dans la capitale du Loiret un call center de 70 positions et annonce la création de 65 emplois équivalents temps plein en 2001.


Afin de répondre à la croissance de son activité, l'institut d'études Louis Harris France (groupe TNS) vient d'ouvrir à Orléans un nouveau site abritant 70 postes de travail. Avant d'arrêter son choix sur Orléans, Louis Harris a soupesé les offres respectives d'une douzaine de communes, toutes situées dans un rayon de une à deux heures de train de Paris. Les raisons qui ont emporté la décision finale ne sont en tous cas pas financières : la Ville d'Orléans n'apporte aucune aide à l'institut de sondages. « Nous pouvons apporter une aide sous deux formes. Sous forme immobilière d'abord. Dans ce cas précis, Louis Harris, qui cherchait une surface de 300 m2, s'est reporté sur une offre privée. En matière de recrutement ensuite. En l'occurrence, l'institut de sondage travaille exclusivement avec des étudiants, des temps partiels et des CDD », précise Jean-Yves Heyer, responsable de la Direction de l'Action Economique de la Ville d'Orléans.

Le regroupement des étudiants sur un seul campus : un argument de poids


En fait, selon la même Direction, Louis Harris aurait, entre autres, été séduit par le regroupement de tous les étudiants sur un seul campus, ce qui facilite sensiblement les perspectives en matière de sensibilisation et de recrutement des troupes. Le centre d'appels, qui s'est installé Place Jean Monnet, dans le quartier de La Madeleine, devrait générer quelque 220 nouveaux emplois (210 enquêteurs, 7 superviseurs et chefs d'équipe, un responsable de centre). Soit 65 emplois à temps plein sur la base de 100 000 heures de travail en 2001. Profil recherché par l'institut de sondages : des enquêteurs vacataires (convention collective Syntec), plutôt des étudiants ou des personnes en recherche d'emploi partiel. Le call center d'Orléans vient doubler les capacités de production de la société, qui comptait déjà deux sites à Paris, dotés chacun d'une quarantaine de postes. Aujourd'hui, le téléphone est utilisé dans 40 % des études réalisées par Louis Harris. L'institut est organisé en quatre grands départements sectoriels : la grande consommation, qui représente 33 % du chiffre d'affaires de la société, le médical-santé (23 %), les services (29 %), l'opinion-institutionnel-médias (15 %). Louis Harris s'organise par ailleurs en deux départements transversaux : qualitatif et omnibus. Les enquêtes quantitatives focalisent 60 % de l'activité de l'institut. Et les budgets nationaux représentent 70 % du chiffre d'affaires. Entre 1995 et 1999, Louis Harris France a plus que doublé son chiffre d'affaires et vise pour 2000 une croissance de 8 %. En 2000, Louis Harris a produit 140 000 heures de téléphone, contre 120 000 en 1999 et 45 000 en 1996. Ce, sur la base des 80 postes équipés CATI de ses deux centres parisiens. Un travail qui a mobilisé 240 enquêteurs, soit 100 personnes équivalents temps plein.

Mot clés :

Muriel Jaouën