Mon compte Devenir membre Newsletters

Lille : attention au syndrome de la belle endormie

Publié le par

Sa position de primat sur le marché régional des centres d'appels ne doit pas épargner au Grand Lille une réflexion sur les enjeux corollaires. Dixit Ernst & Young.


Le cabinet Ernst & Young a mené, fin 2000, une étude sur l'étendue et la nature du tissu des centres d'appels sur la métropole lilloise. Menée pour le compte de l'Apim (Agence de développement locale), la Direction départementale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle et la Direction de l'action économique et de l'emploi de la ville de Lille, cette enquête brosse un état des lieux de l'existant et exprime un certain nombre de préconisations. Etat des lieux tout d'abord. Ce ne sera pas une surprise, la VPC représente 25 % des emplois impliqués par les call centers. Un quart des 6 154 personnes en activité recensées par Ernst & Young, pour 17 sites sur 79. Deuxième secteur d'activité, le financement, avec 18 % des emplois, devant l'outsourcing et les 11 % de salariés animant les onze sites identifiés de sous-traitance. Trois centres emploient plus de 500 personnes, les deux tiers des centres abritant des effectifs de moins de 50 salariés. Quant aux pistes de réflexion ébauchées par Ernst & Young, elles s'orientent autour de trois grandes remarques. Primo, l'agglomération lilloise a tout intérêt à préparer l'implantation de nouvelles entités générée par une croissance qui pourrait créer de 3 000 à 4 500 emplois nets d'ici 2002. Ce, tout en protégeant les plates-formes existantes. Deuxio, le cabinet relève que les métiers induits par l'activité restent assez mal considérés, quand ils sont seulement connu... Le paradoxe étant que ce constat vaut également pour ceux qui ont, et auront, à faire valoir la pertinence socio-économique de cette activité, et notamment les porteurs de projets internes à l'agglomération. Enfin, faute d'une intégration dans le jeu des nouvelles technologies (aval) et parce que trop peu majoritairement lié à un secteur d'activités donné (amont), le tissu local des centres d'appels ne profite pas assez des outils classiques du développement économique.

Mot clés : centre |

Muriel Jaouën