La Banque Worms : 300 postes équipés CRM

Publié par le

L'établissement bancaire a confié à Soft Computing un audit interne et une étude sur les offres logicielles du marché en front et back-office. C'est Siebel qui a été retenu pour porter la refonte générale du système de relation clientèle de la société.

  • Imprimer


Après une réflexion de six mois, la Banque Worms a décidé de rénover ses systèmes CRM, afin d'aller dans le sens d'une meilleure connaissance de la clientèle particuliers, qui représente 20 % de l'activité de l'établissement. « Si les banques américaines sont en avance, en France peu d'établissements ont déjà réalisé ce type de projet. La Banque Worms a délibérément choisi d'être précurseur sur ce terrain dont les enjeux en termes de fidélisation et de conquête de nouveaux clients sont particulièrement importants », explique Frédéric de Pelleport, directeur général adjoint en charge de la clientèle particuliers à la Banque Worms. A l'issue d'un appel d'offre portant sur la capacité d'un certain nombre de prestataires à mener un audit rapide de l'existant et à faire une analyse du marché cohérente avec les besoins, les moyens et le planning de la banque, c'est Soft Computing qui a été choisi. Le chantier s'est déroulé en deux phases principales. D'abord une étude préalable menée de mars à juin 1999. Objectif : aider à une meilleure connaissance des clients et s'assurer que leurs demandes seront satisfaites par le bon canal ; mettre à disposition des collaborateurs des outils plus adaptés à une stratégie proactive avec un fort niveau de personnalisation.

Six mois d'appels d'offres


Deuxième phase du chantier confié à Soft Computing : la recherche des solutions. De juin à décembre 1999, une étude détaillée des progiciels du marché a été effectuée, avec appels d'offres. C'est Siebel qui est finalement retenu. Parallèlement, un projet global portant sur l'ensemble de la clientèle (particuliers, mais aussi entreprises et institutionnels) est mis sur pied au sein de l'établissement bancaire. Après nouvel appel d'offres, Soft Computing et Siebel sont confirmés dans la confiance de la Banque Worms. Ce sont ainsi 300 postes de travail qui sont équipés d'une licence Siebel, tant au niveau du front-office qu'à celui du back-office. Une solution logicielle directement intégrée avec la messagerie interne Lotus Notes de la banque. Enfin, en juin 2000, la Banque Worms a constitué un groupe de travail "utilisateur", constitué d'une quinzaine de personnes chargées de réfléchir à la mise en oeuvre du nouveau système en termes de définition, d'identification des différentes phases d'évolution et de convivialité dans la construction des écrans.

Muriel Jaouën

Sur le même sujet

Les idées expérience client (18-22 juin)
Stratégies
Les idées expérience client (18-22 juin)

Les idées expérience client (18-22 juin)

Par La rédaction

La rédaction a sélectionné pour vous une sélection d'informations percutantes. Au menu cette semaine: Jetblack mêle e-commerce et assistants [...]

La chaîne Au Bureau dévoile son premier restaurant connecté
Stratégies
La chaîne Au Bureau dévoile son premier restaurant connecté

La chaîne Au Bureau dévoile son premier restaurant connecté

Par Clément Fages

Nouveau programme de fidélité digitalisé, possibilité de commander à table et de payer depuis son mobile : Au Bureau dévoilait ce 12 juin un [...]

Élisez le Directeur client de l'année 2018
Stratégies
Élisez le Directeur client de l'année 2018

Élisez le Directeur client de l'année 2018

Par José Roda

Dans le cadre des Palmes de la Relation Client, l'AFRC et Relation Client Magazine organisent l'élection du Directeur client de l'année 2018. [...]