Mon compte Devenir membre Newsletters

LES LIKEURS NE SONT PAS SYSTEMATIQUEMENT LES ACHETEURS

Publié le par

Kantar Wordpanel a réalisé un focus sur le top20 des pages de marques en nombre de fans dans dix catégories de produits de façon à évaluer le lien entre «liker» et consommer. Parmi les 1450likeurs de fanpages grande conso, 65% «likent» sur les pages du top 20. Moins de la moitié (46%) des fans achète la marque likée. Cependant, ils comptent double: ils dépensent deux fois plus sur la marque «likée» par rapport à la moyenne des internautes. Et ce sont surtout des drivers de la catégorie (étude sur cinq catégories: hygiène-beauté, BRSA, bonbons, glaces et confiserie de chocolat). Ils dépensent 18% de plus que la moyenne des internautes. Ainsi, un fan de Haribo Dragibus sera aussi fan de Carambar et surcons-ommateur de confiserie. Les super-fans représentent 45% des fans. 66% des super-fans se rendent sur Facebook tous les jours (vs 58% sur le total des fans); 100% utilisent le bouton «like» lors du surf sur Internet (vs 61%); 66% postent des commentaires sur les pages de marques (vs 43%); 72% jouent sur Facebook (vs 55%) et 94% utilisent le tchat Facebook (vs 87%).

Mais - bémol important - si les super-fans ont un potentiel plus important sur les catégories likées (+26% vs internautes), en revanche, ils ne surconsomment pas plus les marques likées. Et, de surcroît, les likeurs sont peu fidèles. La fidélité au top 20 est de 18% pour les fans (vs 20% pour les internautes). Les fans sont volatils. Un exemple: les marques de bonbons dont ils sont fans ne pèsent que 9% dans leur panier d'achat «bonbons». En résumé, «je like donc j'achète» n'est donc pas systématique puisque seulement 46% des likeurs passent à l'acte d'achat. Mais ils restent une cible à potentiel car ce sont de gros consommateurs de la marque (+11%) et de la catégorie (+18%).