Mon compte Devenir membre Newsletters

LA CNAM APPORTE COMPREHENSION ET DIALOGUE AUX PATIENTS DIABETIQUES

Publié le par

Lancé en 2008, Sophia, service d'accompagnement personnalisé des diabétiques mis en place par la Caisse nationale d'assurance maladie, compte aujourd'hui plus de 100 000 adhérents. Face un tel succès, celui-ci sera peu à peu déployé dans toute la France.

En France, 2,9 millions de personnes souffrent de diabète. Face à ce constat, l'Assurance maladie a lancé, en 2008, un service santé innovant destiné à faciliter le quotidien de ces patients. Baptisé Sophia, le programme a vu le jour dans une dizaine de départements pilotes et couvre aujourd'hui 20 départements. Le dispositif est très complet: l'Assurance maladie met à la disposition des patients un serveur téléphonique qu'ils peuvent appeler en cas de relais du médecin traitant, pour aborder des sujets au coeur de leurs préoccupations: suivi de leur traitement, besoin d'informations sur les complications de la maladie...

Services téléphoniques

A l'autre bout du fil, un infirmier répond à la plupart de leurs questions. Surtout, les personnes diabétiques reçoivent des appels réguliers afin de suivre leur traitement et de relayer les recommandations du médecin. Outre cet accompagnement téléphonique personnalisé, l'adhérent reçoit un livret lui exposant les complications liées à la maladie et des courriers thématiques toujours suivis d'une vague de relances téléphoniques. Enfin, ce programme d'accompagnement comprend un site web (www.sophia-infoservice.fr) qui fourmille d'informations et de conseils sur la maladie.

Deux ans après son lancement, le programme Sophia a fait la preuve de son effi cacité. « Les patients qui y adhèrent réalisent plus fréquemment les examens recommandés et leur état de santé s'améliore », constate Mathilde Lignot-Leloup, directrice déléguée à la gestion et à l'organisation des soins de la Cnam (Caisse nationale de l'assurance maladie). Cette dernière prévoit d'étendre le dispositif à la France entière et a donc embauché de nouveaux infirmiers chargés de répondre aux demandes des patients, mais surtout de participer aux vagues d'appels sortants. « Sophia compte désormais 78 infirmiers qui travaillent sous la responsabilité de médecins », poursuit-elle.

Ces conseillers en santé aident les malades à mieux vivre en leur parlant de leur pathologie, de leur alimentation, des effets indésirables des traitements.

L'inscription à Sophia est libre et gratuite. Seules contraintes: pour adhérer, les patients doivent être majeurs et pris en charge à 100 % par le régime général de l'Assurance maladie. Ils peuvent quitter le programme à tout moment. Selon Mathilde Lignot-Leloup, « les personnes qui choisissent de participer au programme Sophia sont majoritairement des hommes, jeunes et en meilleure santé que l'ensemble de la population diabétique ». Sophia, qui compte aujourd'hui 103 000 adhérents, devrait en totaliser 150 000 à la fin de l'année, selon les prévisions de l'Assurance maladie. En attendant, le service continue d'être déployé en région. L'Assurance maladie espère l'étendre ensuite à l'ensemble des pathologies cardiovasculaires et respiratoires.

Mathilde Lignot-Leloup (Cnam)

«Les patients qui adhèrent au programme Sophia réalisent plus fréquemment les examens recommandés et leur état de santé s'améliore.

Chifres-clés

20 départements couverts par Sophia
103 000 adhérents au programme
78 infirmiers téléconseillers employés par l'Assurance maladie pour dialoguer avec les patients

Mot clés :

ASTRID DE MONTBEILLARD