Mon compte Devenir membre Newsletters

Europcar choisit Dijon

Publié le par


Alors qu'Avis a choisi Manchester pour son centre de réservation Europe du Nord et Barcelone pour l'Europe du Sud, alors qu'Hertz s'est installé à Dublin pour son activité paneuropéenne, Europcar est aujourd'hui la seule entreprise, sur le marché français de la location de véhicules, à ne pas avoir expatrié son service de réservation national hors de l'Hexagone. Un choix dans lequel ses dirigeants persistent : lorsqu'est envisagée il y a moins d'un an l'opportunité de créer une nouvelle structure pour fluidifier le trafic aboutissant sur son call center de Nanterre (70 postes), le loueur opte d'emblée pour la France. Et en France, pour la province. Disponibilité des bassins d'emploi oblige. « Nous avons fait faire une étude par un consultant spécialisé dans l'implantation de nouveaux sites. Ses conclusions nous ont confortés dans nos intuitions : ne pas aller vers les villes où se trouvent les grands outsourcers ou les opérateurs télécom et se reporter plutôt sur des villes de deuxième rang, autour de 100 000 à 200 000 habitants », souligne Roland Masia, directeur commercial. Deuxième étape : Europcar établit une liste exhaustive des facteurs entrant en compte dans la mise en place et en oeuvre d'un centre d'appels : locaux, bassin d'emploi, relation avec les élus, aides locales, fiscalité, infrastructures télécom, jusqu'au mobilie... Un véritable cahier des charges formalisé en un rétro-planning extrêmement strict et soumis au comité d'entreprise pour validation. Troisième étape : l'audit des différentes offres de villes entrant dans le cadre requis. Chaque décision étant entérinée en comité de direction tous les huit ou dix jours. L'objectif au final étant d'employer entre 25 et 50 personnes sur cette annexe. En février, le choix d'Europcar se porte finalement sur Dijon. La capitale de la Bourgogne était en short-list avec notamment Angers et Caen.