Mon compte Devenir membre Newsletters

E-MAILING : LES EUROPEENS DE PLUS EN PLUS SOLLICITES

Publié le par

Menée dans cinq pays européens, l'étude ContactLab décrypte les comportements des internautes face à l'e-mailing et aux newsletters.

La culture, l'âge, le mode d'accès à Internet... Divers facteurs influencent le comportement sur le Web. ContactLab, société spécialisée dans l'e-mail marketing, se penche sur les habitudes des internautes européens. Qu'ils soient Français, Anglais, Espagnols, Italiens ou Allemands, les Européens utilisent en moyenne deux boîtes mails par personne. Microsoft, avec Hotmail, reste le serveur le plus populaire (66 %), suivi par Orange (33 %), Yahoo ! (22 %) et Gmail (20 %). En tout, ce sont plus de 300 millions de boîtes électroniques qui sont actives pour les 1 44 millions d'internautes comptabilisés dans ces cinq pays.

Pour consulter leurs mails, 80 % des internautes utilisent leur ordinateur de bureau et 52 % leur ordinateur portable. Sur ce dernier point, les Français ne sont que 34 % à le faire. Pour d'autres, accès à Internet rime avec mobilité. L'Italie remporte la palme, avec un taux de pénétration sur le marché de l'utilisation d'appareils mobiles de 18 %. Là encore, les Français sont à la traîne. Moins de 8 % utilisent leur téléphone portable pour lire leurs e-mails alors que la moyenne générale sur les cinq pays est de 13 %. Parmi les moyens alterna tifs aux mails, les Européens communiquent via Windows/MSN Messenger (60 %). Ce dispositif rencontre un vif succès en Espagne (79 %) et en France (72 %) . Les réseaux sociaux avec un système de chat interne, comme Facebook, sont utilisés par près de 40 % des internautes interrogés. Bien qu'en retrait, l'envoi de SMS par Internet n'en demeure pas moins un mode de communication à part entière, notamment en Italie où il séduit 40 % des cybernautes.

Outre ces divers modes employés pour accéder à Internet, les Européens se différencient par leurs centres d'intérêts. L'étude révèle ainsi une typologie différente de newsletters par pays. Avec une moyenne de dix newsletters par internaute, la France se distingue, car la moyenne sur les cinq pays est de sept newsletters par internaute. 75 % des internautes utilisent leur adresse e-mail principale pour y souscrire. Les Italiens se démarquent sur ce point, car 30 % des usagers possèdent une adresse mail secondaire dédiée. Les services de voyages et tourisme (43 %) et les sites d'e-commerce et enchères en ligne (38 %) restent les thématiques les plus populaires. Cependant, des particularités dues aux éléments socioculturels apparaissent. Ainsi, le marché des associations conquiert 33 % des Italiens et 3 1 % des Espagnols. Le Royaume-Uni se distingue par l'actualité financière et sportive avec 2 1 % d'internautes abonnés à ces flux. 54 % des internautes français s'intéressent aux newsletters traitant de l'actualité et près d'un Allemand sur deux (47 %) à celles émanant des services de FAI.

@ Source : European E-mail Marketing Consumer Reports 2009 - ContactLab

L'activité internet de ces cinq pays génère un trafic de 4 milliards d'emails par jour. Les e-marketers doivent donc adapter leur façon de communiquer et leurs messages pour séduire un large public. En effet, 71,7 % des internautes, lassés de recevoir des newsletters, se désabonnent et près de 50 % sont énervés par des messages publicitaires trop abondants. Enfin, plus d'un tiers les placent automatiquement dans le dossier anti-spam. Or, être classé parmi le courrier indésirable reste le piège à éviter puisque 77,5 % des internautes suppriment un mail indésirable sans même l'ouvrir. Il semblerait que des efforts de personnalisation restent à fournir en la matière, car 3 8 % des sondés estiment que le nombre de courriers indésirables a beaucoup augmenté ces trois dernières années. Plus avancés dans l'emploi d'Internet que l'Espagne et l'Italie, les pays nordiques perçoivent davantage l'augmentation du volume des spams.

Méthodologie

L'étude a été réalisée, en juillet 2009, par Human Highway pour ContacLab auprès de 4 745 internautes, de 18 à 74 ans, se connectant au moins une fois par semaine à Internet et résidant dans un des cinq pays sélectionnés (Allemagne, Espagne, France, Italie, Royaume-Uni).