Mon compte Devenir membre Newsletters

Denise Bengioar (SMT) : « Le syndicat a pris la bonne décision »

Publié le par

Pourquoi avoir rejoint la Convention collective des Prestataires de services dans le domaine de secteur tertiaire ?


Denise Bengioar (Présidente du Syndicat du Marketing Téléphonique) : Le SMT, du fait de son importance économique, ne pouvait se contenter de rester dans un vide conventionnel. Parallèlement l'Unetel (Télécommunications) initialisait un processus de négociation d'une nouvelle convention. Il était indispensable pour le SMT de les rencontrer afin de déterminer avec eux s'il était possible d'avoir une action commune. Le contenu de cette convention ne s'avérant pas forcément adapté à nos besoins, nous avons poursuivi notre action en comparant la convention collective Syntec avec celle des prestataires de services dans le domaine du secteur tertiaire. Plusieurs réunions de bureau ont eu lieu à ce titre. Elles nous ont conduits à la décision d'adhérer à la convention collective du personnel des prestataires de services dans le domaine du secteur tertiaire.

En quoi la Convention collective des Prestataires est-elle représentative et mieux adaptée à la profession ?


D. B : Le SMT a participé, dès le début, à son élaboration. Il a donc démontré la représentativité du secteur dans son champ d'application. Les vicissitudes liées à la négociation ont pu conduire à des aléas qui ne pouvaient remettre en cause la crédibilité du syndicat dans l'adhésion à cette convention. Par ailleurs, du fait des prestations exercées dans le secteur et par rapport à la pratique qui est suivie par un certain nombre d'entreprises privilégiant le changement de convention collective par adoption de celle des prestataires, le syndicat a, à mon sens, pris la bonne décision.

Sur quoi et quand porteront les prochaines négociations ?


D. B : Pour assurer notre crédibilité vis-à-vis des partenaires, nous n'avons jamais, en tant que chambre patronale, et avec les autres chambres patronales, cessé de nous réunir. Nous nous rencontrons au moins 6 à 7 fois par an pour déterminer les conditions possibles d'évolution du contenu conventionnel. Par ailleurs, nous tenons absolument à pouvoir confronter nos points de vue dans le cadre des commissions paritaires pour une meilleure connaissance des différents secteurs et en particulier du nôtre par les partenaires sociaux. Les négociations en cours portent, entre autres, sur la gestion des Fonds du Paritarisme, l'assouplissement dans le dispositif légal concernant la durée du travail au sens large (Loi Fillon du 17 juillet 2003), l'accord sur le travail de nuit, le projet d'avenant relatif à la clause de non-concurrence et au secret professionnel. Les prochaines commissions sont prévues le 20 mai et le 8 juillet 2003. [L'intégralité de l'interview de Denise Bengioar, dont nous ne donnons ici qu'une synthèse, est disponible sur www.planeteclient.fr]

Mot clés :

Nicolas Seguin