Mon compte Devenir membre Newsletters

Data Distilleries s'implante en France

Publié le par

La société néerlandaise issue d'une division du Centre de recherche mathématique et informatique d'Amsterdam veut lancer son progiciel de gestion analytique de la relation client sur le marché français.


Data Distilleries, créée en 1995 à partir d'une division du Centre de recherche mathématique et informatique d'Amsterdam (CWI), s'implante sur le marché français. Après l'Allemagne en octobre 2000, l'Angleterre en janvier dernier, c'est au tour de la France d'accueillir cet éditeur d'une suite logicielle de gestion analytique de la relation client, DD Series. L'ouverture de ces filiales reposant sur une seconde levée de fonds, d'un montant de 24 millions de dollars, opérée auprès d'un capital risqueur (Capital Z), d'une société d'investissement internationale (Gilde IT Fund) et d'un cabinet conseil (Accenture) en juillet 2000. Fort d'une vingtaine de clients en Hollande en grande majorité dans le monde de la banque et de l'assurance, le nouveau venu positionne son produit sur le middle-office (situé entre front et back-office). Sa principale caractéristique étant de proposer en temps réel des recommandations personnalisées lors de l'interaction avec le client selon les modes définis par les directions marketing. Et ce, quel que soit le canal de communication. « Tous les ingrédients sont réunis pour créer une success story », prévient François Thomas, directeur général de la filiale française.

Cible privilégiée : les grands comptes


Avec un chiffre d'affaires global 2000 de 40 MF, la société, qui n'a commercialisé son outil qu'en 1998, prévoit de réaliser sur le marché français 20 MF pour son premier exercice. L'ambition des dirigeants étant de tripler ce chiffre chaque année. Le tout en vente directe, Data Distilleries ne comptant pas pour le moment conclure de partenariats de distribution. La société hollandaise mise en revanche sur les alliances stratégiques de préconisation nouées avec de grands noms du secteur comme Siebel, BroadVision, AIMS Software, PricewaterhouseCoopers, ou encore Accenture pour s'acquitter de ses objectifs. « Nous visons le marché des grands comptes comme les premières sociétés de la banque et de l'assurance », indique le directeur général, qui ajoute : « Nous allons privilégier l'approche centres d'appels. C'est un bon point d'entrée sur le marché.» Avec comme argument central de commercialisation l'accélération du retour sur investissement des outils de front-office. D'ici la fin de l'année, Data Distilleries devrait annoncer la création de filiales supplémentaires en Italie et en Espagne.