Mon compte Devenir membre Newsletters

Copenhague veut attirer les centres d'appels

Publié le par

Moindres coûts de communication, législation sociale des plus libérales, exonérations de taxes : les autorités danoises sont bien déterminées à mettre en avant les atouts de leur capitale pour attirer les centres d'appels.


La petite Sirène a su séduire les entreprises désireuses de monter un centre d'appels international. De plus en plus de sociétés ont en effet réalisé qu'une approche régionale pouvait les aider à faire baisser les coûts. Les multinationales se sont adaptées à cette nouvelle stratégie en se servant des compétences locales. Des sociétés comme Gillette, Unisys, Dell Computers, IBM Software Manufacturing Solutions, ont choisi d'installer leur call center dans la région du grand Copenhague. Le groupe français Téléperformance dispose d'un centre d'appels à Copenhague depuis deux ans, sous le nom de Stafet Téléperformance (joint venture avec une société danoise). La société française Dim a créé un centre d'appels au Danemark pour desservir les trois pays scandinaves. L'organisme Copenhagen Capacity(1) a recensé les atouts de la capitale du Danemark. Le pays lui-même aurait le coût de communications le plus bas d'Europe et disposerait d'une infrastructure de télécommunications en pointe. La localisation de Copenhague attire des ressortissants des autres pays Scandinaves, souvent multilingues. Environ 80 % de la population active danoise parle l'anglais, 50 % l'allemand, 21 % le suédois et 9 % le français. Plus de 125 000 étrangers vivent à Copenhague. De plus, la législation très souple permet aux entreprises danoises de travailler 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et 365 jours dans l'année. A l'inverse de la plupart des autres pays européens, il n'y a aucune restriction sur le travail de nuit ou de week-end, même si la semaine de travail est normalement de 37 heures. De plus, les charges sociales apparaissent assez basses comparées aux autres pays européens.

Un marché unifié de plus de 3 millions de personnes


Ce nouveau lien fixe devrait créer un marché unifié de 3,2 millions de personnes, en mettant Malmö (la grande ville du sud de la Suède) à 15 minutes de Copenhague. Selon la Copenhagen Capacity, les grandes zones économiques d'Europe du Nord (parmi lesquelles l'organisme inclut le nord de l'Allemagne, les pays scandinaves, les pays baltes, la Pologne et la Russie) représentent un bassin de 250 millions de consommateurs. Côté télécommunications, le Danemark peut mettre en avant un marché compétitif depuis la déréglementation de 1996. Par ailleurs, son réseau de fibres optiques permet de transporter des données et de la voix dans tout le pays. Des services à haut débit comme l'ADSL et l'ISDN sont également disponibles. En 2000, un câble de fibre optique transatlantique sera connecté à un câble sous-marin sur la côte ouest du pays et sera ensuite relié au "backbone" de Télia, l'opérateur national. Ce qui devrait améliorer la bande passante et la vitesse de transmission entre l'Europe et les Etats-Unis. Quant aux compétences des Danois, Copenhagen Capacity cite un rapport du Forum Economique Mondial de 1998 qui accordait un des meilleurs rangs à la force de travail danoise. Par ailleurs, l'usage de micro-ordinateurs est très répandu parmi la population du Danemark : un Danois sur trois possède un PC.

Un régime de taxes favorable


Autre atout mis en avant par la Copenhagen Capacity, le coût modéré des bureaux. Il serait de 86 à 229 dollars par m2 contre plus de 750 à Londres et 370 à Paris. Les taxes professionnelles sont au taux de 32 %. Par ailleurs, la loi danoise exempte de taxes une société étrangère qui vend ses produits dans et hors du pays à travers un agent local. Les cadres et les chercheurs étrangers sont imposés au taux unique de 25 % sur leurs revenus pendant trois ans. Des possibilités de consolidation des bénéfices transfrontaliers peuvent être étudiées par les experts de la Copenhagen Capacity. Par exemple, une holding inscrite au Danemark peut transférer des dividendes à ses filiales hors Union Européenne sans payer aucune taxe. Des sociétés américaines ou japonaises peuvent ainsi transférer ces dividendes à leur maison mère sans taxes par l'intermédiaire d'une holding danoise. Fort de tous ces avantages accordés aux compagnies désireuses d'implanter un call center dans la zone nord-européenne, le Danemark compte bien devenir la place incontournable de cette région à l'aube du 21e siècle. (1) La Copenhagen Capacity est une fondation établie par les autorités locales pour renforcer la position du Grand Copenhague vis-à-vis des compagnies étrangères. Tél. : (45) 33 330333. Mail : info@copcap.dk. Site web : www.copcap.dk