Mon compte Devenir membre Newsletters

Chasseurs de têtes : une approche réservée aux profils cadres

Publié le par

Chez Euro Consulting Partners, le département CRM représente entre 15 et 20 % du chiffre d'affaires.


Inutile de dire qu'il est très onéreux de pratiquer le recrutement via des cabinets de chasse pour de simples téléopérateurs. Certains comme le Club Med s'y sont pourtant essayé (voir p. 47). La majorité des entreprises réservant toutefois ce type de procédure à l'encadrement de haut niveau. Chez Euro Consulting Partners, le département CRM représente entre 15 et 20 % du chiffre d'affaires global de la société. Et, contrairement à la situation générale du marché du recrutement, qui a chuté depuis avril 2001 de 30 à 40 % suite à la récession des offres d'emploi disponibles, ce secteur est en pleine expansion. Euro Consulting Partners s'appuie sur plusieurs outils pour assurer sa notoriété auprès des éventuels candidats. La société possède ainsi une base de données de quelque 500 profils, tous dédiés à la relation client, « dont on sait avec exactitude quels sont les désirs en matière de mobilité - quitter Paris pour repartir dans sa région d'origine -, de niveau de salaire ou de challenge », justifie Michel Dumont, associé gérant. Cette base s'enrichit, en permanence, des candidatures spontanées que les intéressés laissent sur le site internet de l'entreprise. Euro Consulting Partners bénéficie également d'un réseau "d'indicateurs", une quinzaine de personnes très bien renseignées, qui se chargent de remonter l'information lorsqu'un poste à pourvoir se présente. « A chaque fois, nous appelons des clients ou des relations pour les avertir d'un profil recherché. En retour, ils nous proposent des noms. » Reste enfin la traditionnelle - et très énigmatique - cellule de chasse et de recherche. « Une cellule qui identifie auprès des entreprises définies au préalable, en accord avec notre client final, des gens que l'on ne connaît pas. Et qu'il va falloir chasser. »