Mon compte Devenir membre Newsletters

CASINO AMENAGE SES MAGASINS POUR LES MALVOYANTS

Publié le par

Avec le concours de l'Institut de la Vision, le groupe Casino cherche des solutions pour faciliter l'achat aux personnes malvoyantes.

Grâce à la NFC, le client pourrait obtenir facilement des informations sur le produit.

@ Insee, Institut de la Vision

Grâce à la NFC, le client pourrait obtenir facilement des informations sur le produit.

> Offrir à tous les clients le même niveau de service et la même «expérience d'achat» est une priorité pour Casino. Pour ce faire, le groupe stéphanois s'est rapproché de l'Institut de la Vision, un centre de recherche européen sur les maladies de la vision. Ensemble, ils vont imaginer des solutions pour faciliter le «parcours client», en magasin mais aussi sur Internet, de toutes les personnes dont l'acuité visuelle est défaillante. Celles-ci représentant une population importante, selon l'OMS. La France compte 1,7 million de personnes considérées comme «déficientes visuelles» aujourd'hui. Un chiffre qui devrait à terme sensiblement augmenter: dans 20 ans, selon les prévisions de l'OMS, un Français sur trois souffrira de défaillance visuelle. Partant de ce constat, Casino a décidé d'agir. Depuis mai et jusqu'à la fin de l'année, l'enseigne travaille dans un magasin laboratoire, installé à l'Institut de la Vision, dans le XIIe arrondissement de Paris. « Nous souhaitons aider les personnes ayant des difficultés à repérer les articles qu'ils ont l'habitude d'acheter et leur permettre aussi de faire les bons choix. Car c'est aussi notre rôle de distributeur de proposer des produits MDD, des produits de saison, des nouveautés et de réaliser du cross-selling », précise Thibault de Pompery directeur de création du département Innovation chez Casino.

Agir sur différents leviers

Le projet se décline en trois étapes. En premier lieu, il s'agit d'identifier des leviers d'amélioration de l'accessibilité en menant des expérimentations auprès d'un groupe-test constitué de malvoyants et d'experts de la vision. Dans un deuxième temps, ce groupe va émettre des propositions, des prétests et des recommandations. La troisième phase prend la forme d'un test final permettant d'établir des règles et de certifier des solutions. Les partenaires en sont aujourd'hui à cette dernière étape. Ils ont imaginé quatre pistes d'amélioration. Tout d'abord, alléger le packaging afin que les informations essentielles (nom du produit, quantité, date de péremption, conseil de préparation, etc.) deviennent les plus lisibles possible. L'enseigne prévoit également d'optimiser l'éclairage de ses points de vente pour éviter reflets, éblouissements et ombres. Les nouvelles technologies devraient également faciliter le choix des consommateurs dans les rayons. L'Institut de la vision et Casino se sont particulièrement intéressés à la NFC, qui pourrait intégrer l'étiquetage des rayons. En scannant le code avec un smartphone, les clients obtiendraient ainsi, instantanément, les détails de l'article (ingrédient, poids, prix, promotions, etc.) . La géolocalisation pourrait aussi leur faciliter la vie. Grâce à leur téléphone, les clients pourraient se repérer dans le magasin et bénéficier d'un «guidage» vers leurs produits. Enfin, dernier chantier, l'enseigne compte refondre son site marchand afin d'en simplifier l'ergonomie et le parcours client. A l'heure actuelle, une vingtaine de magasins de proximité Casino et Franprix (dont le groupe stéphanois est actionnaire majoritaire) vont tester ces nouveaux projets. A terme, l'enseigne envisage de les déployer sur l'ensemble de ses points de vente. Elle prévoit également de s'attaquer aux problématiques des personnes en situation de handicap physique et de prévenir les problèmes de santé en prodiguant des conseils santé et nutritionnels.

Chiffres-clés

1,88 million de malvoyants en France, dont 50 % de seniors
30 % des personnes de plus de 75 ans sont malvoyantes
5,5 % de la population française sera malvoyante en 2030 contre 3 % aujourd'hui
35,2 % des seniors auront plus de 65 ans en 2030, contre 25,5 % aujourd'hui