Mon compte Devenir membre Newsletters

B2S rachète Symphoning et s'assure pour quatre ans

Publié le par

En reprenant à 100 % la filiale télémarketing de Norwich Union Direct, B2S signe un contrat pluriannuel de sous-traitance exclusive avec la maison mère.


«La tranche des outsourcers réalisant entre 7 et 22 millions d'euros de chiffre d'affaires va connaître dans les années, les mois qui viennent, certaines déconvenues. Notamment chez les généralistes. Et l'on devrait voir émerger sur le marché cinq-six acteurs de taille significative. » Maxime Didier, président directeur général de B2S, traduit ici à demi-mot les deux moteurs de sa stratégie de croissance : grossir et développer des spécialisations. Le rachat de Symphoning (CA 2001 de 4,75 millions d'euros), conclu en juin dernier, traduit on ne peut mieux cette politique. En se portant acquéreur de la fi- liale télémarketing de l'assureur Norwich Union Direct, l'outsourcer entend capter un volume d'affaires oscillant entre 5 et 10 millions d'euros sur les quatre ans à venir. Quatre ans, soit le temps durant lequel l'acheteur se voit confier par le vendeur le traitement opérationnel de son activité de télémarketing. Ce qui n'est pas rien puisque, forte de dix-huit années d'existence, Norwich Union Direct dispose aujourd'hui d'une base de données de 1,8 million de prospects et de 385 000 assurés. « Cet accord répond idéalement à l'intensification de notre politique de prospection », affirme Alain Bride, directeur général de Norwich Union Direct. L'accord commercial sur quatre ans constitue le pendant indissociable du rachat. A tel point que l'on ne sait pas si c'est la cession à 100 % de Symphoning qui s'accompagne de ce contrat exclusif, ou si c'est l'accord de sous-traitance qui a conditionné le rachat - dont le montant est tenu secret.

Symphoning devient une marque de B2S


Quoi qu'il en soit, Symphoning devient aujourd'hui une marque de B2S. En conservant à l'activité son nom d'origine, en intégrant l'ensemble de ses effectifs, soit 75 personnes, l'outsourcer entend bien exprimer le deuxième axe de sa stratégie : cultiver des spécialisations. La société travaille notamment pour des entreprises des secteurs des télécoms, de la distribution, des transports. « L'approche métier, c'est encore la meilleure manière de créer un avantage concurrentiel sur ce marché », souligne Maxime Didier. Pour avoir développé une part significative de son chiffre d'affaires avec sa maison mère (560 000 appels en 2001), Symphoning peut légitimement revendiquer une expertise en matière d'assurance, avec des clients comme AIG Services, Calypso-Groupe AGF. « Les encadrants ont été recrutés pour moitié d'entre eux dans le monde des compagnies et des mutuelles », affirme le P-dg de B2S. L'outsourcer qui affiche une progression de 100 % entre le premier semestre 2001 et le premier semestre 2002, pour un chiffre d'affaires 2001 consolidé de 12,20 ME, entend poursuivre sa politique de croissance externe. Une annonce pourrait, prochainement, en attester.