Mon compte Devenir membre Newsletters

Armatis lève le voile sur ses futurs projets

Publié le par

Nouveau centre, volonté de regarder des acquisitions potentielles, extension d'activité, finale nationale du Prix de r Ambition... Tannée 2008 s'annonce riche pour l'outsourceur.

Jean-Louis Alcaide, rédacteur en chef PME-Région de La Tribune, Denis Akriche (Armatis) et Eric Dugelay (directeur régional Paris Est de la Banque Palatine), lors du Prix de l'Ambition 2008.

Jean-Louis Alcaide, rédacteur en chef PME-Région de La Tribune, Denis Akriche (Armatis) et Eric Dugelay (directeur régional Paris Est de la Banque Palatine), lors du Prix de l'Ambition 2008.

Alors même qu'Armatis se prépare à -ouvrir son centre d'appels neversois et à gérer l'extension de celui de Châteauroux, l'outsourceur a déjà trouvé sa prochaine implantation. Il devrait démarrer une activité début 2009 à Auxerre, en partie pour répondre à des commandes. La ville avait déjà retenu l'attention du prestataire il y a quelques mois mais Nevers avait remporté le contrat, faute de bâtiment disponible ou adapté à l'installation d'un centre d'appels. Pour autant, Auxerre possédait toutes les qualités recherchées par Armatis: la proximité de la région parisienne, le bassin d'emploi large et des profils adaptés. «En septembre 2007, les acteurs locaux nous ont présenté Les Clairions, une zone d'activité en création pouvant être opérationnelle fin 2008», relate Denis Akriche, président d'Armatis. Il décide, en décembre dernier, d'y planifier une mise en production pour 2009. L'outsourceur s'engage à créer 400 emplois en trois ans et au niveau des positions, entre 350 et 400. «Cela me semble bien calibré par rapport à la ville. Les coûts fixes restent constants. Il faut donc faire attention au modèle économique», précise Denis Akriche. L'outsourceur ne néglige pas non plus la possibilité d'une croissance externe. «Depuis l'arrivée du pool bancaire dans notre actionnariat (CIC LBO Partners, NDLR), nous disposons des lignes de crédit pour procéder à des acquisitions. Nous sommes plutôt en quête d'un généraliste pour accroître notre taille.» Armatis souhaite une complémentarité des portefeuilles clients, préférant viser une entreprise financièrement saine, réalisant au moins 30 millions d'euros de chiffre d'affaires. Malgré tout, Denis Akriche souhaite rester fidèle à sa politique. «Nous menons une stratégie à contre-courant de celles des autres acteurs du marché. Alors qu'ils limitent leur capacité en France pour s'installer en offshore, nous ne nous intéressons pas à ce segment de marché.» Et pour vérifier la viabilité de ce positionnement, Armatis a souhaité participer au Prix de l'Ambition. A juste titre puisqu'il a remporté le prix en Ile-de-France et région Centre dans la catégorie Croissance, qui lui ont ouvert les portes de la finale nationale.

Le Prix de l'ambition

Cet événement organisé par La Banque Palatine et La Tribune en partenariat avec HEC, distingue les entreprises performantes. Celles-ci concourent dans une des trois catégories: croissance, développement international ou reprise/transmission. Le groupe HEC effectue une première étude des candidatures avant transmission aux jurys régionaux composés d'entrepreneurs, d'élus, de représentants d'organismes professionnels, d'experts, d'économistes et des lauréats de l'édition 2007. Les dossiers des primés en région sont ensuite réexaminés par un jury pour déterminer les gagnants nationaux.