Mon compte Devenir membre Newsletters

Amiens : formations diplomantes à l'étude

Publié le par

Une cellule de promotion, un club d'entreprises et une filière universitaire : responsables de centres d'appels et acteurs locaux déploient leur dispositif pour encourager les candidatures aux métiers du call center.


Premier bilan formalisé deux ans après le lancement officiel du projet "Amiens Ville des centres d'appels". Les responsables des centres d'appels implantés dans la capitale picarde et les acteurs locaux et se sont réunis le 8 novembre dernier à l'initiative de Gilles de Robien, président du district du Grand Amiens. Au cœur de cette table ronde, l'emploi. Selon les responsables locaux en charge du développement économique, les huit call centers d'Amiens emploient en tout 751 personnes. Roger Mezin, premier adjoint au maire et président de l'ADNTIC (Agence pour le développement des nouvelles technologies de l'information et de la communication) a rappelé les objectifs fixés pour l'année 2000, soit 1 285 emplois. Pour atteindre ce chiffre si curieusement précis, les autorités locales ont créé une structure de promotion de l'emploi et des métiers du centre d'appels : Silisomme Ressources Picardie. Regroupant les compétences de différents organismes comme la Mission locale et l'ANPE, cette entité aura pour mission d'informer et de positionner les candidats sur les offres d'emploi et les formations, de répondre à l'offre de formation, d'effectuer un suivi dans l'emploi, de mettre en place les outils d'évaluation, de mener des études sur les filières liées aux NTIC et d'éditer des documents pédagogiques à destination du grand public.

Un DEUST "centres d'appels" à l'Université


Pour valoriser les métiers du call center, l'AFRC (Association française des centres de relation clientèle) a mis sur pied un Club des représentants locaux des centres d'appels, un groupe de travail accompagné d'une équipe de sociologues et de psychologues mis à disposition par le président de l'université Picardie-Jules-Verne. « Il s'agit d'une structure locale constituée de membres de l'AFRC et destinée à promouvoir tous les projets liés à l'emploi, la formation et les réseaux télécoms », explique Eric Dadian, président de l'AFRC. L'université vient par ailleurs de lancer une formation à distance, un DEUST "centres d'appels" et mène une réflexion sur les possibilités d'élargir l'offre de formations. L'ouverture d'une licence professionnelle et le développement de l'IUP pourraient ainsi permettre de diversifier les niveaux de qualification. Des formations en alternance pourraient également voir le jour.