Amiens au carrefour des téléservices

Publié par le

Avec un centre de formation, une importante infrastructure immobilière et un noyau d'interlocuteurs dédié aux entreprises, Amiens veut créer à très court terme 1 500 emplois autour des centres d'appels.

  • Imprimer


En 1997, le ministère de l'Aménagement du territoire et de l'Environnement a recensé l'implantation en France de sept centres d'appels d'entreprises étrangères, soit 1 446 emplois créés. Pour s'inscrire dans ce mouvement d'importation d'activités, la ville d'Amiens a lancé cette année un grand projet autour des centres d'appels. Projet immobilier tout d'abord. Dans son ambition de faire venir à elle des entreprises françaises et étrangères, la capitale picarde met à disposition des entreprises 17 000 mètres carrés, dont 4 000 en zone franche et 6 000 dédiés à une structure d'hôtel call center en partie inspirée du Brucall bruxellois. Investissement global pour la seule infrastructure immobilière : 30 millions de francs, à la charge de la ville et de ses partenaires naturels.

Un téléconseiller égale 10 mètres carrés


« On considère qu'à chaque téléconseiller doit correspondre une surface de 10 mètres carrés. Avec nos 17 000 mètres carrés, il n'est donc pas absurde d'espérer créer 1 500 emplois à court terme », souligne Joël Perron, directeur d'ADN, Amiens Développement Numérique. En matière de potentiel de recrutement, Amiens peut se prévaloir de certains atouts : avec 27 000 étudiants pour une agglomération de 170 000 habitants, la ville picarde est, en effet, l'une des premières concentrations universitaires de France. « Nous exploiterons au mieux les gisements locaux. Mais notre souci, avant de chercher à tous prix à faire embaucher nos chômeurs, est d'abord d'apporter un service aux entreprises », note Joël Perron. Pour compléter l'offre, la ville d'Amiens a également mis sur pied un centre de formation, Sup Média Com (voir encadré), centre pédagogique diplômant destiné à former des téléconseillers autour d'un enseignement axé sur trois pôles : formation à l'entretien téléphonique, formation à la recherche et au traitement de l'information, formation à l'utilisation des nouvelles technologies de communication. Soixante-dix personnes y suivent actuellement des enseignements. Pour l'heure, les promoteurs de ce projet affirment être en négociation avec un certain nombre d'entreprises autour d'un millier de positions. « La Datar nous met en contact avec des clients potentiels, qui, bien souvent, préfèrent avoir recours à une solution d'outsourcing avant de louer ou d'acheter de l'espace », explique Eric Dadian, directeur de DBPF Consultants, qui a travaillé à la conception et au lancement de ce projet. "Amiens, ville des centres d'appels" compte actuellement une dizaine de clients, parmi lesquels Bouygues et Emap.

Trois interlocuteurs pour les entreprises


- Amiens Développement Numérique (ADN) : cellule de la CCI spécialement créée pour le développement des nouvelles technologies à Amiens, et interlocuteur unique des entreprises dans le cadre de l'implantation de leur centre d'appels. - Plan d'Insertion Economique (PLIE) : mission locale dédiée au recrutement des téléconseillers. - Sup Média Com : université des centres d'appels, en partenariat direct avec Nortel-Matra, Sup de Co Amiens-Picardie et la ville d'Amiens.

MURIEL JAOUËN

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet