Mon compte Devenir membre Newsletters

Affiner son recrutement nécessite des entretiens individuels

Publié le par

Les postes d'encadrement nécessitent une approche plus affinée du recrutement. Où l'on ne doit pas négliger de prendre le temps de la discussion en tête à tête.


«L'une des premières règles de notre métier, c'est de considérer que nous avons deux clients en permanence : l'entreprise qui nous commande la chasse et les candidats que nous rencontrons », affirme Michel Dumont (Euro Consulting Partners). Gare alors à ne pas écorner leur capital confiance. « Il faut savoir valoriser les candidats. A un cadre, on offrira un café. Il faudra lui parler des réalités de l'entreprise et lui dire ce qu'il aura à y faire. S'il n'est pas retenu, par exemple, il faudra lui expliquer pourquoi et le conseiller quant à son devenir professionnel. Lui suggérer de reprendre, par exemple, des cours d'anglais. Ou encore l'inciter à modifier sa tenue vestimentaire », explique Jean-Marc Farini (consultant). Autant de petites attentions qui n'ont rien d'anecdotique. Car on laisse ainsi le temps au candidat de donner sa pleine mesure. Bien sûr, il existe des tests spécifiques qui permettent d'évaluer la personne que l'on a en face de soi. Des tests simples, comme le "ie-5", un examen qui appréhende l'intelligence émotionnelle des individus en étudiant "scientifiquement" certains critères comme la voix (débit, volume, modulation, prononciation, chaleur), les aptitudes de communication (écoute, logique, dynamisme) ou les aptitudes commerciales (argumentation, persuasion, calme, contenance face à l'objection, usage d'un vocabulaire positif ou négatif). « C'est un cadre, un bon filtre, estime Charles-Emmanuel Berc (Altawapa). En fonction du poste requis, on privilégiera les capacités de communication ou les talents commerciaux ainsi révélés. » On en compte quantité d'autres. Chacun ayant plus ou moins ses propres recettes miracles. Encore faut-il avoir du temps pour mener à bien ce genre d'entretien. Or les missions de recrutement, « c'est souvent la veille pour le lendemain », déplore le patron d'Altawapa.

Recruter un directeur de centre : près de 20 000 euros


Pour les postes d'encadrement, les entreprises font souvent appel à des chasseurs de tête ou des cabinets de recrutement. Encore faut-il être prêt à débourser entre 18 000 et 19 000 euros, prix moyen estimé chez Euro Consulting Partners, pour un poste de directeur de centre d'appels.