Mon compte Devenir membre Newsletters

Aexis acquiert la filiale française d'Applix

Publié le par

Le distributeur européen de solutions décisionnelles concrétise son intérêt pour le CRM analytique en s'arrogeant la distribution exclusive des solutions d'un éditeur du marché.


Aexis, distributeur européen de solutions décisionnelles, s'est porté acquéreur en juillet dernier de la filiale française d'Applix, éditeur américain de solutions CRM et analytiques. Ce rachat, dont le montant est tenu secret, porterait sur un contrat de distribution exclusif des produits Applix en France, mais aussi des compétences et de la base clients de l'éditeur d'outre-Atlantique (65 clients). Depuis plusieurs mois maintenant, Aexis s'intéresse aux solutions d'analyse CRM. Déjà partenaire dans la distribution de la solution OLAP iTM1 d'Applix (une solution d'analyse OLAP, On Line Analytics Processing), le groupe européen fait un premier pas vers les progiciels d'analyse CRM en intégrant la solution Applix i Enterprise, dont l'un des modules permet l'analyse des connaissances client. « Nous sommes convaincus qu'à l'avenir, il y aura de plus en plus de demandes sur l'analyse des informations client, prédit Maxime Brichet, directeur des opérations Aexis France. En France, c'est une bonne opportunité pour développer notre activité commerciale et intégrer la technologie CRM à notre offre. » Avec des partenariats de distribution auprès de sociétés comme Comshare (Comshare Decision et Comshare MPC) et Hyperion (Hyperion Sbase), Aexis pourra dorénavant répondre aux attentes de sa propre clientèle en termes de gestion de la relation client. De leur côté, les 16 salariés d'Applix France rejoignent l'entité Aexis. La cession de l'activité française de l'éditeur américain devrait lui permettre de se relancer sur un marché où la tendance est au nivellement de l'offre. Un bon moyen pour réaliser des économies d'échelle. D'autant que la distribution - non exclusive cette fois - devrait s'étendre d'ici six mois à un an au Benelux et aux Pays-Bas.

Mot clés : analyse

Nicolas Seguin