Mon compte Devenir membre Newsletters

Action woman

Publié le par

Sylvie Soris sait ce qu'elle veut. A 44 ans, elle vient de rejoindre le groupe Chronopost avec l'envie de piloter un nouveau pôle relation client. Et de mettre volonté, expertise et force de conviction au service de cette nouvelle ambition.

«L'offshore ne fait que piquer des emplois en France», revendique Sylvie Soris. La nouvelle directrice des services clients de Chronopost ne mâche pas ses mots et n'hésite pas à défendre sa vision du centre d'appels. Quitte à choquer. Derrière cette petite femme blonde, toujours prête à plaisanter, se cache un manager décidé et convaincant. Un tempérament forgé par l'expérience. Le tout agrémenté d'une bonne dose de discernement. Portée par une forte motivation, elle s'est battue et a choisi de jouer la carte de la mobilité professionnelle pour gravir les échelons. Tous les sept ans, la carrière de cette battante a pris un nouveau tournant. Se dépasser lui tient aussi à coeur dans la sphère privée. Comme en témoigne sa passion pour les arts martiaux.

Le parcours de Sylvie Soris débute sur les bancs de la fac de droit, davantage pour faire comme sa grande soeur que par vocation. Et puis, en 1984, maîtrise en poche, elle tourne le dos au juridique et répond à une petite annonce qui la propulsera dans l'univers du centre d'appels. Des débuts en tant qu'attachée commerciale pour Cetelem marquent les premiers pas professionnels de cette fille du Nord. La rencontre avec le média téléphone sera une révélation. Pendue au bout du fil, la jeune téléopératrice se forge une personnalité ouverte, tournée vers l'autre. «Sur un plateau, on développe des qualités de communication et d'expression étonnantes. On apprend à être direct, synthétique et concret», commente l'intéressée.

Miser sur l'affectif

Après plusieurs postes au sein de la société de crédit à la consommation, Sylvie Soris obtient la direction de l'agence de Lille et se découvre un leadership naturel et une appétence particulière pour le travail de groupe. Elle avoue avoir commis des erreurs de pilotage et précise, non sans humour, être passée du rang de gentil animateur à celui de manager de compétences. «On n'est pas manager pour se faire aimer. Il faut avant tout se faire respecter.» Pour autant, pas question de renoncer à miser sur l'affectif: «Avec des liens forts, on crée des souvenirs avec ses collègues. On emmène les gens plus loin qu'on ne l'aurait imaginé et ils vous suivent plus loin que vous ne l'auriez imaginé.»

En 1991, l'épisode Cofidis démarre. La chance va accompagner dès cet instant l'ex-salariée de Cetelem. En deux mois seulement, et à la suite du départ de son supérieur, l'opportunité de remplacer ce dernier se présente. Les volumes d'appels sont importants, le climat social tendu, le service client peu structuré. Mais Sylvie Soris relève le défi et parvient à fédérer ses équipes autour de son projet. Son arme: un plan de route clair et rassurant. S'engage alors une «grande aventure humaine». «J'ai été très protectrice, un peu «mère poule», j'ai défendu mes équipes bec et ongles, tout en demeurant exigeante», précise la dirigeante.

Son goût du challenge pousse ensuite cette Chti revendiquée chez Lyreco. Avec émotion et fierté, elle évoque cette entreprise et la conduite d'un projet, très impliquant, sur la mutation des métiers du service client. En décembre dernier, un nouveau coup de coeur professionnel l'incite à quitter le Nord pour rejoindre la capitale et Chronopost. Changement soudain de job, de maison, d'habitudes..., mais la sérénité reste toujours de mise. Le goût du challenge, de la nouveauté, du mouvement poursuit la nouvelle recrue du transporteur express et l'amène à envisager la création d'entreprise. «J'ai un besoin viscéral de bâtir», souligne-t-elle. Faute d'idée concrète, l'envie reste aujourd'hui en suspens. Affaire à suivre.

Sylvie Soris
- Chronopost

1984
Sylvie Soris entre chez Cetelem en tant qu'attachée commerciale. Elle grimpe les échelons et occupe divers postes jusqu'à obtenir la direction de l'agence de Lille.
1991
Son parcours se poursuit chez Cofidis où elle reprend un service client très orienté centre d'appels.
1999-2006
Intégrant la société Lyreco. elle y découvre un service client ayant atteint un certain niveau de maturité.
Février 2007
Sylvie Soris rejoint le groupe Chronopost en tant que directeur des services clients.