Mon compte Devenir membre Newsletters

A Montluçon, la CCI met les entreprises en relation avec leurs clients

Publié le par

Peut-être une première au sein du réseau consulaire : la CCI de Montluçon-Gannat crée une plate-forme à destination de ses ressortissants. Histoire de les convaincre par la pratique des vertus du call center.


La Chambre de commerce et d'industrie de Montluçon-Gannat Portes d'Auvergne a ouvert en février dernier un centre d'appels de 12 positions sous Conso+. Dédiée aux entreprises de la circonscription de l'organisme consulaire, cette entité s'inscrit stratégiquement et physiquement dans le cadre de l'"espace entreprises" du centre multimédia de Montluçon. « Nous sommes ici pleinement dans notre rôle : faire connaître les centres d'appels à nos 4 000 entreprises ressortissantes », précise Muriel Petitet, responsable du plateau au sein de la CCI. Un positionnement présenté comme unique au sein du réseau consulaire. Les autres initiatives recensées sur l'activité des centres d'appels concernent en effet pour la plupart la création de cursus de formation. Quant au call center récemment développé à Nice (voir CA n° 34, p. 8), sa vocation première est de répondre aux clients de la Chambre et à ceux des différents services publics attenants. A la CCI de Montluçon-Gannat, les entreprises locales pourront non seulement trouver une infrastructure immobilière et technologique susceptible de répondre à tous leurs besoins en matière de gestion de la relation client, mais également les ressources humaines nécessaires. Une dizaine de personnes ont été recrutées et formées durant deux mois (bureautique, Excel, Word, comportement au téléphone, télémarketing, CRM...). « Nous avons collaboré avec l'ANPE sur la base de critères de recrutement très larges. Certains des téléconseillers n'avaient jamais travaillé sur ordinateur auparavant », remarque Muriel Petitet. Et si le call center devait à terme générer une réelle activité commerciale (ce qui n'est pas à exclure puisque la circonscription est vierge de tout outsourcer), aurait-il toujours sa place au sein de la chambre de commerce ? « Le centre d'appels n'a pas de vocation commerciale. En tout cas, il n'est pas du ressort de la CCI de développer une activité de production. C'est pourquoi nous devrions créer une structure associative afin de dissocier juridiquement le centre d'appels de l'organisme consulaire », souligne Muriel Petitet.