Mon compte Devenir membre Newsletters

PCCI : un pionnier au Sénégal

Publié le par

Avec l'ouverture de 300 positions en avril 2002, PCCI est le premier outsourcer à se positionner sur le Sénégal.


Créée en novembre 2001, PCCI a inauguré son site au Sénégal en avril 2002 avec 300 positions de travail. En septembre 2002, 400 positions supplémentaires sont installées et, au second semestre 2003, l'ouverture d'un second plateau permet d'atteindre 700 positions. Quant aux perspectives d'agrandissement, PCCI vise les 2 000 positions à fin 2005. « Au Sénégal, nous bénéficions de ressources qualifiées avec un potentiel de 25 000 diplômés par an, explique Dominique Berthelot. C'est un pays francophone où le français est la langue officielle. Dès le départ, nous avons positionné ce métier comme un vrai métier. Nous sommes en train de collaborer à l'installation d'UV télémarketing qui seront dispensées à l'université de Dakar. » L'environnement social et la disponibilité des collaborateurs garantissent pour le client une réactivité et une grande souplesse de travail : 24 h / 24 - 7 j / 7 avec un tarif unique sur l'ensemble des créneaux horaires. Les liaisons télécoms sont assurées par un câble sous-marin qui, selon PCCI, garantit une sécurité d'acheminement. Pour une meilleure proximité des clients, le prestataire a mis en place trois dispositifs. - Le téléworking : à partir de la salle d'écoute à Paris, le client peut se connecter en temps réel sur l'ensemble des postes de ses opérations en cours au Sénégal. - La visioconférence : permet une relation directe avec les équipes de Dakar à partir des locaux de PCCI ou des locaux du client si celui-ci dispose d'un système de visioconférence. - Le lien IP : permet au client de joindre les différents interlocuteurs du plateau de production à Dakar sans aucune taxe supplémentaire en dehors du prix de la communication locale. « Le contrôle de la qualité est assuré par des expatriés et des locaux qui bénéficient d'une grande expérience au sein d'agences ou d'annonceurs, assure Dominique Berthelot. Nous travaillons sur les trois canaux : voix (appels entrants-sortants), data, e-mail, et sur trois types d'activité : centre d'appels, études, saisie de données. Aujourd'hui, le plus grand frein à lever est de démontrer que les téléopérateurs sénégalais sont au moins aussi bons qu'en France. »